La richesse à portée de main

Deux corses, Tonio et Gillou, sont assis sur un banc au bord d’une route. Une voiture passe en trombe devant eux et une mallette tombe du coffre et glisse juste devant nos deux compères.

Avec le choc, la mallette s’ouvre ; elle est pleine de grosses liasses de billets de 500 Euros !

Gillou se penche lentement vers son voisin et lui dit :
– Oh, Tonio, si le vent se lève, on est riche…

La topographie Corse

En Corse, un topographe venu de métropole observe dans sa lunette le terrain quand un paysan l’interpelle :
– Que faites-vous là, Monsieur ?
– J’étudie le terrain pour faire passer une route.
– Ah bon ! Chez nous, on ne fait pas les routes comme ça.
– Et vous procédez de quelle manière ?
– On prend un âne et là où l’âne passe… c’est la route !
– Et si vous n’avez pas d’âne ?
– On fait venir des gens comme vous.

Qu’il est doux de ne rien faire…

Un Parisien, en vacances en Corse, se promène et voit un paysan dans sa ferme où il y a de beaux noyers. Le touriste lui demande comment il procède à la récolte des noix :
– C’est simple, nous étendons des grands draps sous les arbres et, quand il y a du vent, ou mieux une tempête, toutes les noix tombent dessus !
– Ah ! Et quand il n’y a pas de vent ?
– Alors, là, c’est une très mauvaise année !

Le prêt Corse

Un corse aborde un copain et lui dit :
– Prête-moi mille balles jusqu’à la paye !
– Jusqu’à la paye ? Et c’est quand la paye ?
– Bah, j’en sais rien, moi… C’est toi qui travailles…

La rumeur napoléonienne

Les perles : à l’école

« Il paraît que Napoléon n’a jamais mis les pieds en Corse, où il a passé toute son enfance. »