La maternité du Cantal

C’est une jeune fille d’un petit hameau reculé du Cantal, pas trop futée, qui arrive un jour dans la maternité du chef-lieu pour accoucher de son premier enfant. Tout se passe bien. Un an plus tard, elle est de retour pour accoucher à nouveau. La troisième année, pareil. Comme une horloge. Et c’est comme ça tous les ans, douze années de suite. La treizième année cependant, elle ne se montre pas, et les années suivantes non plus.

Un beau jour, la sage-femme fait sa rencontre sur le marché d’Aurillac.

Elle lui demande de ses nouvelles et lui dit :
– Alors, ça y est, vous n’êtes plus enceinte ! Vous savez que ça nous a étonné de ne plus vous voir à la maternité : on s’était habitué !

Et la rurale lui répond :
– Ah ben non alors, depuis que je sais à quoi c’est dû, ça risque plus d’arriver.

Rate this post

L’inscription des préservatifs

As-tu déjà lu ce qui était inscrit à l’extrémité des préservatifs ?

Non ? Jamais vraiment ? Je vois, ça doit être parce que tu ne les déroule jamais jusque-là…

Rate this post

Deux mois de retard…

Dans un endroit reculé, à la campagne, un couple vit péniblement avec ses huit enfants. Un jour, la femme dit à son mari :
– Albert, dis-moi, j’ai deux mois de retard.
– Deux mois d’retard ! T’en es bien sûre ?
– Oui, j’en suis sûre !
– Faut pas qu’on en parle, faut pas qu’on en parle, OK ?
– Pas d’problème, j’en parle à personne, je t’y promet.

Puis l’homme part travailler aux champs. Un peu plus tard, dans la matinée, un employé du gaz et de l’électricité sonne à la porte. La femme lui ouvre.
– Bonjour madame, c’est l’employé du gaz et de l’électricité,
– Bonjour monsieur,
– Je viens pour relever les compteurs.
– C’est par ici

Après avoir regardé ses papiers, l’homme déclare :
– Mais dites-moi, vous avez 2 mois de retard !

La femme très troublée lui répond :
– Mais comment qu’vous le savez ? C’est mon mari qui vous en a parlé ?
– C’est inscrit sur mon papier, faudra dire à votre mari qu’il passe nous voir au bureau à la ville le plus tôt possible.
– Ok, j’lui dirai, répond-elle très inquiète.

Le soir, quand le mari rentre, la femme lui raconte la visite de l’employé du gaz et son mari lui assure qu’il n’en a parlé à personne.

Le lendemain matin, il prend la route de la ville et se rend au bureau du gaz et de l’électricité.
– Bonjour madame.
– Bonjour monsieur, lui répond une jeune femme derrière un bureau.
– J’viens ici car y parait que j’ai deux mois de retard !
– Quel est votre nom ?

L’homme donne son nom. La jeune femme lui répond :
– Ah oui, effectivement, vous avez deux mois de retard.
– Mais comment qu’vous le savez ?
– C’est l’ordinateur qui me le confirme !
– Mais qu’est-ce que je dois faire ?
– Il faut l’acquitter répond la jeune femme impassible.
– Mais j’peux pas la quitter, c’est impossible.
– Si vous ne l’acquittez pas, on vous la coupe !
– Mais c’est impossible, répond l’homme de plus en plus inquiet, vous pouvez pas m’la couper !
– Si, si, répond la jeune femme, ça arrive souvent vous savez !
– Mais si vous m’la coupez, comment que j’vais faire ?
– Avec une bougie, comme tout le monde !

Rate this post