La blonde en congé

Une jeune secrétaire en a marre de travailler, elle voudrait avoir quelques jours de congés pour pouvoir enfin se reposer. Quand tout à coup elle trouva la solution, se faire passer pour folle.

Elle s’en alla au boulot, expliqua son stratagème à sa collègue blonde et attendit son patron. Quand son patron entra, elle se suspendit au plafond.

Le patron :
– Mais que faites-vous ici ?
– Je suis une ampoule !
– Ha je vois, je vais vous laisser vous reposer quelques jours vous en avez besoin !

La secrétaire commence à partir, suivi de sa collègue blonde. Le patron demanda à la collègue :
– Mais pourquoi partez-vous aussi ?
– Ben, je peux pas travailler dans le noir !

L’indignation maladive

Une fonctionnaire, indignée, confie à une collègue :
– Tu ne connais pas la meilleure ? Le nouveau chef de service a décidé que, désormais, il faudrait réellement être malade pour prendre un congé maladie.

Les galéjades marseillaises

Les perles : la justice

« Ici, même Jésus peut être congédié par la Bonne Mère », lance Michel Hidalgo à ses juges marseillais dans l’affaire des comptes de l’OM. Depuis, l’ex-sélectionneur de l’équipe de France de foot donne des leçons de galéjade aux Marseillais.

17 janvier 2019 – Le congé de paternité

Une majorité de jeunes souhaite un congé de paternité plus long.
Six Français sur dix âgés de 18 à 24 ans prônent un congé de paternité obligatoire et plus long, selon un baromètre de la Drees publié jeudi. (source : Lepoint.fr)

dessin d'acutalité humoristique sur les jeunes et le congé de paternité
17 janvier 2019 – Le congé de paternité

Mère : « Ah non ! C’est à mon tour de donner le biberon ! »
(caricature de jeunes parents)

La bonne nouvelle de l’avocat

Lorsqu’ils durent employer une secrétaire, les deux jeunes associés de ce cabinet d’avocat ne purent pas résister à s’attacher les services de cette belle jeune fille qui était aussi sexy qu’une actrice porno.
Malgré la promesse qu’ils s’étaient faites l’un à l’autre de ne rien tenter pour la mettre dans leur lit, ce qui devait arriver arriva et la jeune secrétaire finit par tâter des draps de soie de ses deux employeurs.

Mais le bon temps ne dure qu’un temps, et un beau jour, leur secrétaire leur annonça en rougissant qu’elle était enceinte, et que c’était forcément l’un de ses deux patrons qui était responsable de la grossesse.

Peu enclins à prendre leur responsabilité de père, les deux avocats décidèrent de payer à la secrétaire un congé de grossesse sur la Côte d’Azur.

Cinq mois plus tard, sans nouvelle de l’employée, un des avocats se décide à faire le voyage jusqu’à Nice. Le soir même, il téléphone à son associé qui est resté dans le bureau parisien :
– Alors, demande l’autre pour avoir des nouvelles, raconte, elle a accouché ?
– Oui, elle a accouché, répond le premier d’une voix enjouée, mais j’ai quand même à te faire part d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle.
– Aïe aïe aïe, commence par la bonne ! lui répond son comparse.
– Eh bien, la bonne nouvelle, c’est qu’elle a eu des jumeaux et qu’elle va bien.
– Formidable, répond l’autre. Et la mauvaise nouvelle ?
– La mauvaise nouvelle, c’est que le mien est mort…