Le cri de la call-girl japonaise

C’est un homme d’affaire qui part au Japon pour trouver de nouveaux marchés.

Le soir il s’embête tout seul dans son hôtel, alors il fait appel à une call-girl. Elle arrive rapidement dans sa chambre, et ils commencent à s’amuser un peu puis rapidement ils passent aux choses sérieuses.

Lors des ébats la japonaise ne cesse de crier « machigau ana, machigau ana ».

Mais notre homme ne comprend pas la japonais et ses exceptions culturelles, et sur le coup il n’a pas envie de sortir son Berlitz.

Comme elle crie très fort, il comprend qu’il assure un max !

De retour en France il doit recevoir son homologue japonais pour conclure un contrat. Il l’emmène au golf.

Lors du parcours, le Japonais réussit un très beau coup. Alors le Français se décide à l’encourager avec un petit mot japonais… « machigau ana ».

Le Japonais se retourne alors et lui demande :
« Comment ça le mauvais trou ? »

Rate this post

Le vrai vendeur de vêtements

Dans une boutique de vêtements pour hommes, à la saison des soldes, les vendeurs se congratulent mutuellement, à la fin d’une journée particulièrement animée. Horripilé d’entendre cela, le propriétaire du magasin surgit et calme, d’un coup, leur bruyant enthousiasme : – Des vendeurs ! dit-il. Vous vous prenez pour des vendeurs !. Mais si vous étiez ce que, moi, j’appelle de vrais vendeurs, au moment où sort le dernier client, pas un seul d’entre vous ne devrait avoir encore son pantalon !

Rate this post

Le bègue chez le marchand d’oiseaux

Un bègue entre chez un marchand d’oiseaux. Il regarde les perroquets. Il y en a bien une vingtaine. Et puis il dit :
– Je vouvou… jeje… je voudrais un pépépé… un perro… un pépé… un roro… un…
– Monsieur, je ne vous comprends pas, dit le vendeur. – Jeje… je vous didididi… dis que je vouvou… voudrais ach…acheache… acheter un pépépé…

Alors le vendeur le prend par l’épaule et il le raccompagne à la porte :
– Ecoutez, monsieur, si vous restez ici une minute de plus, vous allez me gâter la marchandise…

Rate this post

Import chinois, export japonais

Deux industriels rivaux se rencontrent, dans un cocktail.
– Avec qui, demande le premier, envisagez-vous de traiter prochainement pour vendre votre camelote ? – Les Chinois.
– Les Chinois, vraiment ! s’écrie le premier en ricanant. Je le croirais si je ne savais pas que vous êtes le roi des menteurs. Mais je vous connais, beau masque ! Vous me dites « les Chinois » parce que vous voulez que je pense qu’il s’agit des Japonais. Halte-là. Ça ne marche pas avec moi. J’ai fort bien compris qu’il s’agissait, en fait, des Chinois. Alors, gros malin, pourquoi me mentez-vous ?

Rate this post