Le coiffeur coiffé

Un gars passe sa tête à la porte d’entrée du coiffeur et demande :
– Combien de temps avant que vous puissiez me couper les cheveux ?

Le coiffeur jette un œil à toutes les personnes qui attendent déjà leur tour et répond :
– Oooh… faut bien compter deux heures…
Le gars acquiesce de la tête et s’en va.

Quelques jours plus tard, le même gars passe sa tête à la porte et demande :
– Combien de temps avant que vous puissiez me couper les cheveux ?

Là encore, le coiffeur parcourt son salon, toujours rempli de clients, et répond :
– Pas avant deux heures.
Le gars acquiesce de la tête et s’en va.

Une semaine plus tard, le même gars passe encore la tête à l’entrée du salon de coiffure avant de poser la sempiternelle question :
– Vous pouvez me prendre dans combien de temps ?
– Dans une heure et demi.
Le gars acquiesce de la tête et s’en va.

Là, le coiffeur s’adresse à l’un de ses amis présents dans le salon et il lui demande :
– Dis donc, tu veux bien suivre le gars qui vient de passer son nez à la porte, et tu lui regarderas où il va. Ok ?
L’ami s’exécute et suit le gars …

Un peu plus tard, il est de retour dans le salon de coiffure avec un bon fou rire.
– Alors ? Tu l’as suivi ? Où est-il allé en sortant d’ici ?
– Chez toi…

Les enfants de psychanalystes

Un psychanalyste questionne sa fille de dix ans :
– Alors, tu t’amuses bien avec ta nouvelle poupée ?
– Oh, oui, papa. Je la fais s’allonger sur le divan et lui pose des tas de questions stupides. Exactement comme toi avec tes clients !

L’âge du garagiste

À l’enterrement d’un garagiste, un fidèle client murmure :
– 99 ans… c’est un bel âge pour mourir.

Son voisin intervient :
– Mais non, il n’avait que 60 ans !
– Pourtant… Si on additionne toutes les heures facturées…

La cigarette de l’avocat

Un type offre une cigarette à un avocat :
– Non, merci. C’est comme mes clients, je préfère les rouler moi-même…

Le crachat du coiffeur

Dans une petite ville, il y a quelques lustres, un gars arrive chez le coiffeur pour hommes. Il demande à se faire raser.

Le coiffeur lui demande :
– C’est la première fois que vous venez ?
– Oui, répond le gars, c’est la première fois.

Alors le coiffeur prend le blaireau, crache un coup sur les poils de l’ustensile, puis il le frotte sur le savon et s’apprête à en barbouiller la barbe du gars…
– Hé ! Vous n’allez tout de même pas me passer ça sur les joues après avoir craché dedans ? Vous faites ça avec tous les clients qui viennent se faire raser chez vous ?
– Oh non, répond le coiffeur, c’est parce que c’est la première fois que vous venez ; sans ça, les clients réguliers, on leur crache directement dans la gueule !