catholiques

Toto et l’ancien Testament

La dame qui faisait la catéchèse expliquait aux petits l’histoire d’Elijah le prophète et des faux prophètes de Baal. Elle leur disait comment Elijah construisit l’autel, comment il mit le bois sur l’autel, comment il découpa le bœuf en morceaux et comment il déposa les morceaux sur l’autel.

La dame leur dit qu’ensuite, Elijah commanda au peuple de Dieu de remplir quatre barils d’eau et de les verser sur l’autel à quatre reprises.

« Maintenant », dit alors la dame de la catéchèse, « quelqu’un peut-il me dire pourquoi le Seigneur a-t-il voulu qu’Elijah fasse verser de l’eau par quatre reprises sur les morceaux de bœuf placés sur l’autel ? »

Toto qui somnolait au fond de la salle leva la main et répondit :
« Pour faire la sauce, m’dame. »

Publicité

La nudité dans les religions

Un pasteur protestant, un prêtre et un rabbin décident d’aller faire une ballade par un beau dimanche d’été. Il fait très très chaud et les trois amis sont épuisés et en sueur lorsqu’ils arrivent sur les berges d’un petit lac aux eaux claires.

L’endroit étant vraiment retiré de tout, ils n’hésitent pas une seule seconde et retirent tous leurs vêtements avant d’aller « piquer une tête » dans le lac.

S’étant bien rafraîchi, le trio sort de l’eau et entreprend de ramasser quelques myrtilles, toujours en tenue d’Adam… Seulement, alors qu’ils arrivent dans une clairière, ils tombent nez à nez avec un groupe d’une dizaine de dames qui visiblement avaient choisi cet endroit comme lieu de randonnée.

Sachant qu’il leur est impossible de retrouver leurs vêtements à temps, le pasteur et le prêtre cachent tant bien que mal leurs « parties » derrière leurs mains. Le rabbin, par contre, se sert de ses mains pour se cacher la face !

Après que les dames aient quitté les lieux et que les trois amis se soient rhabillés, le pasteur et le prêtre s’enquièrent de la réaction de leur confrère rabbin : « Pourquoi s’est-il caché le visage, plutôt que ses organes génitaux ? »

Et là le rabbin leur répond :
« Mes amis, je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais dans ma congrégation, c’est mon visage que les fidèles risqueraient de reconnaître… »

Epouser un goy

C’est Rachel qui est toute contente de ramener à ses parents celui qu’elle pense être l’homme de sa vie. Seul problème : il est goy ! Comment faire pour annoncer ça aux parents ? Rachel se lance :
– Papa, je suis amoureuse et je veux me marier avec Bernard…
– Bernard ? Ne me dis pas qu’il n’est pas juif ?!
– Si papa, c’est un goy… Mais je te rassure, il m’a promis qu’il se convertirait au judaïsme pour m’épouser.
– Ah bon, j’aime mieux ça.

Bernard étant par ailleurs un bon parti, son adoption par la famille est immédiate. Pour que la conversion soit sincère, on propose à Bernard de faire un séjour en Israël pendant lequel il étudiera la Torah avant de se convertir. Bernard accepte.

Un an plus tard, il est de retour à Orly. Rachel est stupéfaite en le voyant débarquer : il porte la barbe, la kippa et les favoris ! Cependant, elle ne cache pas sa joie :
– Enfin te voilà ! Nous allons pouvoir nous marier !

Et Bernard répond :
– Ah ça non ! Pas question d’épouser une femme qui était prête à épouser un goy !

Le signe de croix en pleine chute

Sarah et Rebeccah, deux copines de toujours, sont de sortie à l’opéra ce soir. Au moment de sortir, Sarah trébuche sur une des marches de l’escalier et se ramasse par terre. Elle lève les yeux vers son amie Rebeccah pour lui demander de l’aide. L’autre lui répond :
– Pas question de t’aider ! Pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu t’étais convertie au catholicisme ?
– Mais je ne me suis pas convertie ; Qu’est-ce qui te fait croire ça ?
– Après que tu sois tombée, je t’ai vue faire le signe de croix…
– Mais non, ce que tu es sotte… Je regardais si je n’avais pas perdu mon diadème, mon collier et mes boucles d’oreilles.