Les québécoises en québécois

– Qu’est-ce que ça veut dire guidoune ?
– Euf… c’est genre une fille mal vue, facile…
– Ben, c’est quoi la différence avec pitoune ?
– Euf… pitoune c’est plus comme une belle fille qui s’habille trop sexy…
– C’est pas une poupoune ça ?
– Ouin… une poupoune, c’est moins méchant que pitoune… quoique ça dépend…
– Alors je peux dire « poupoune » à ma blonde ?
– Si cela constitue une taquinerie ou une farce… oui.
– Ah… Nounoune, c’est quoi ?
– Une niaiseuse, pas vite vite… une coucoune quoi !
– Une coucoune ?
– Ben oui, c’est la même chose.
– Une guidoune est-elle automatiquement nounoune ?
– Non.
– Et pour toutoune ?
– Ça, c’est une fille plutôt dodue… comme dans « grosse toutoune ».
– Y a des synonymes ?
– Oui, doudoune, mais c’est plus gentil dire ça que toutoune.
– Je peux dire doudoune à ma blonde ?
– Non, sauf si tu veux qu’elle te fasse la baboune… t’es mieux de lui dire chouchoune…
– Chouchoune ?
– Ma chouchoune d’amour.
– Ok. Est-ce qu’une guidoune peut être une poupoune en même temps ?
– Non. Mais que tu sois une guidoune, une pitoune, une poupoune, une doudoune, une toutoune, une coucoune ou une nounoune, c’est jamais vraiment positif ! À cela tu ajoutes aussi minoune et moumoune…
– Ça devient compliqué…
– Une minoune, c’est une guidoune au chômage, un vieux char ou un chat. Une moumoune, c’est quelqu’un de peureux ou un homme avec des manières efféminées.
– Donc, si je comprends bien, une guidoune, finalement, c’est une ancienne pitoune devenue toutoune qui fait la baboune parce qu’elle se trouve nounoune d’avoir été moumoune ?
– Vitement de même, on peut dire ça, oui.
– Merci chouchoune…
– Y’a pas de quoi mon ti-coune !
– Ti-coune ?????

Rate this post

Où sont les pays pauvres ?

Les perles : le Baccalauréat 2017

« Les pays pauvres se sont quasiment tous rassemblés en Afrique. Il aurait plutôt dû se rapprocher des Etats-Unis, comme l’ont fait le Mexique et le Canada. »

Rate this post

La sœur du Newfie

Un Québécois, un Ontarien et un Newfie sont dans un bar. Ils jasent, s’amusent et sont tous d’accord que c’est un endroit plaisant.

L’Ontarien dit :
« C’est bien plaisant ici, mais en Ontario, j’en connais un bien mieux qui s’appelle chez Andrew. Là, tu achètes ta première bière, tu achètes ta deuxième bière et Andrew lui-même te paye la troisième ! »

Les deux autres sont d’accord que c’est là un endroit qui semble intéressant.

Le Québécois dit :
« Je ne veux pas vous relancer, mais j’en connais un encore mieux ! Il y a une place dans mon coin qui s’appelle Chez Ti-Guy. Tu achètes ta première bière et Ti-Guy te paye la deuxième. Tu achètes ta troisième bière et Ti-Guy te paye la quatrième ! »

Les deux autres sont bien d’accord que c’est un super endroit.

Le Newfie dit :
« Vous pensez que c’est un endroit tippant ? Écoutez bien ça. Par chez-nous, il y a un bar qui s’appelle Chez Joe . Vous ne me croirez pas, mais Chez Joe, tu te fais payer ta première bière, tu te fais payer ta deuxième bière, tu te fais payer ta troisième bière, tu te fais payer ta quatrième bière et là, tu peux aller dans une chambre au deuxième étage et tu baises ! »

« Incroyable », disent les deux autres. « Est-ce que ça t’est réellement arrivé à toi ? »

« Non », répond le Newfie, « mais c’est arrivé à ma sœur ! »

Rate this post

Les vacances dans le Grand Nord

C’est deux copains belges, des vieux garçons passionnés de pêche, qui ont décidé de faire le voyage de leur rêve : après avoir économisé plusieurs années, ils se sont payé un séjour d’un mois au Canada près d’un lac. Pour corser le tout, nos deux copains choisissent de partir en hiver pour pratiquer la pêche sur les lacs gelés.

Sur place, après s’être installés, les deux amis font une halte dans la petite échoppe d’un marchand d’articles de pêche. Ils choisissent tout ce dont ils auront besoin, et puis soudain, l’un d’entre eux a une idée lumineuse :
« Mais, nous allons avoir besoin d’un pic à glace ! »

Le marchand leur fournit à chacun un pic, et les voilà partis. Deux heures plus tard, les deux Belges sont de retour au magasin :
« Il va nous falloir une bonne douzaine de pics à glace ! »

Et le marchand leur fournit les accessoires sans rechigner. Mais une heure après, voilà encore nos deux zigotos de retour :
« On va prendre tous les pics à glace qui vous restent ! »

Le marchand veut en savoir plus cette fois-ci :
« Dites donc les cheums, avec tous les pics à glace que vous m’avez pris, vous avez dû en prendre du poisson ! »

Et les deux gars :
« Ben, pas encore en fait. Pour l’instant on a pas encore réussi à mettre le bateau à l’eau. »

Rate this post

Les Belges prennent de l’élan

Deux belges ont décidé d’aller chasser l’élan dans le nord canadien. Ils se renseignent sur les meilleurs endroits, louent une voiture et des fusils, vont au bout de la route qu’on leur a indiqué, laissent la voiture et continuent à pied. Ils marchent pendant une heure, et tout d’un coup, ils voient un élan. Un coup de fusil et son affaire est réglée. Ils l’attrapent par la queue et commencent à le tirer vers la voiture. Mais les poils de l’élan accrochent sur la neige, et au bout de deux heures, ils n’ont fait qu’une centaine de mètres.

Passe un chasseur du coin qui leur dit :
« Ah mais c’est pas comme ça qu’il faut faire ! Tirez par les cornes, comme ça les poils se dresseront pas et ça glissera plus facilement ! »

Les belges décident de suivre cet excellent conseil, et au bout d’un moment, l’un d’eux remarque :
« Alleye alleye, c’est vrai que ça est bien plus facile comme ça. Mais alors, qu’est-ce qu’on s’éloigne de la voiture… »

Rate this post