La pesée du bébé

C’est une sage-femme qui se rend chez le boucher.
– Bonjour, je voudrais 450g de petite saucisse s’il vous plaît.
– Bien sûr, madame.

Et le boucher coupe un morceau qui pèse pile poil 450g.
– Un coup de chance…
– Oh non, juste 30 ans de métier madame.

Elle se dit, je vais l’avoir et elle demande 225g de pâté de tête. Et le boucher lui coupe un morceau de 225g.
– Vous voyez que ce n’est pas un coup de chance !

Quand tout à coup, on crie à l’aide car une femme est en train d’accoucher dans la rue, sur le trottoir. La sage-femme accourt et met au monde un petit bébé.
– 3 kg 800 dit-elle.
– Ah non, 3 Kg 700 répond le boucher.
– Ecoutez, c’est mon métier donc 3 Kg 800.

Pour être fixé, le boucher demande à son apprenti qui s’appelle Marcel de prendre le bébé et d’aller le peser.
– 2 Kg 300, clame notre Marcel.

Le boucher et la sage-femme sont tous deux étonnés de se tromper d’autant.
– Tu en es sûr Marcel ?
– Ah oui, 2Kg300, vidé et désossé !

Rate this post

L’horrible métier du papa de Toto

Lors de la rentrée des classes, après les grandes vacances, l’instituteur demande aux élèves quels métiers exercent leurs parents.
– Mon papa il est agriculteur et ma maman, elle fait rien, répond Mélissa.
– Mais non Mélissa, ta maman ne fait pas rien : elle s’occupe de la maison et elle doit aider ton papa.
– Et toi Kévin ?
– Mon papa il est boucher et ma maman elle est bouchère.
– Très bien Kévin.
– À ton tour Toto.
– Mon papa, il est pianiste dans un bordel !

Stupéfait par cette réponse et n’ayant aucune envie d’expliquer aux autres élèves la signification de la phrase citée par Toto, le maître coupe court à la séance.

À la fin des cours, l’instituteur accompagne Toto à la sortie, et justement, c’est le papa de Toto qui vient rechercher son bambin. L’instit’ lui fait part de sa surprise et demande une explication au papa.

Le père lui répond :
– C’est qu’en fait, je suis avocat. Mais comment voulez-vous expliquer une chose pareille à un enfant de 7 ans ?

Rate this post

Le séjour à Paris de l’esquimau

Un esquimau rentre, ravi, de son premier séjour à Paris. On l’interroge :
– Tu étais descendu à l’hôtel ? – Non, mieux que ça. Je logeais chez l’habitant : chez un boucher exactement. C’était merveilleux comme confort. Il m’avait installé un lit dans sa chambre froide.

Rate this post

Le vol du chien de l’avocat

C’est le chien d’un avocat qui fait une fugue et s’en va voler une saucisse chez le boucher au coin de la rue. Le boucher qui a reconnu le chien s’en va donc voir l’avocat le jour même et il lui demande :
– Si un chien s’échappe de son chenil et vient voler de la viande dans ma boucherie, ai-je le droit de demander le remboursement de la viande volée par le chien au propriétaire de l’animal ? L’avocat répond :
– Oui tout à fait.
– Dans ce cas, vous me devez 10 euros, car hier, votre chien est venu dans ma boucherie et il est reparti avec une saucisse.

L’avocat ne dit pas un mot, il prend son chéquier et donne au boucher un chèque du montant demandé.

La semaine suivante, le boucher ouvre son courrier et ouvre une enveloppe postée par le cabinet de l’avocat. A l’intérieur, il y a … une facture de 100 euros pour une consultation.

Rate this post

L’efficacité du viagra

Un monsieur se présente à une pharmacie et demande du Viagra. Le pharmacien lui en donne une boîte. Le client ressort sans payer :
– Le temps d’aller faire une course chez le boucher d’en face et je viens vous régler. D’accord ?
– D’accord. Le pharmacien regarde par la vitrine histoire de surveiller son gars. Celui-ci rentre chez le boucher :
– Deux entrecôtes s’il vous plaît. Je vais chez le boulanger et je repasse vous payer. D’accord ?

Il emporte sa viande et s’en va chez le boulanger :
– Bonjour, je voudrai deux baguettes. Je fais un saut chez l’épicier et je reviens vous payer. D’accord ?

Même manège chez l’épicier, il sort, saute dans un taxi et s’en va. Entre alors chez le pharmacien, un client qui lui demande :
– Je désire du Viagra mais, à votre avis, est-ce que ça marche vraiment ?
– Ecoutez, un client vient d’en prendre et en cinq minutes il a baisé l’épicier, le boulanger, le boucher et moi !

Rate this post