La bonne histoire d’Alphonse Allais

« Il faut être trois pour apprécier une bonne histoire. Un pour la raconter bien, un pour la goûter, et un pour ne pas la comprendre… Car le plaisir des deux premiers est doublé par l’incompréhension du troisième. »

Alphonse Allais

Le danger des blagues de cul

Une maîtresse de maison raconte à une de ses amies :
– Avant hier soir, j’ai organisé une grande réception chez moi. Figurez-vous que j’ai été obligée de renvoyer l’un de mes invités !
– Qu’avait-il donc fait ?
– Il n’arrêtait pas de raconter des blagues olé, olé, vraiment limites, alors je n’ai pas hésité une seconde, je l’ai fichu dehors !
– Vous avez bien fait ! Et comment s’est terminée la soirée ?
– Mal ! Tous les autres invités l’ont suivi pour entendre la fin de l’histoire !