On ne joue pas dans la même cour…

Un Américain arrive au Paradis et y rencontre un vieillard avec une longue barbe blanche. Il se présente et précise :
– Je viens des chutes du Niagara. Vous connaissez ?
– Non, fait le vieillard.
– C’est un truc sensas, mon vieux. Une cascade dont le débit est de trois milliards de mètres cube par seconde.
– Peuh ! fait le vieillard dédaigneux en s’éloignant.

Vexé, l’Américain demande à un ange qui passe :
– Qui c’est, ce crâneur qui prend les chutes du Niagara pour un ruisseau ?
– C’est Noé.

Après elle le déluge

Noé, à sa femme :
– Écoute sois gentille, s’il te plaît, arrête de chantonner sans arrêt : « Il pleut, il pleut, bergère ».

Les termites de Noé

Peu rassuré, Noé discute avec Yahvé :
– Écoutez, Seigneur, moi je veux bien admettre votre théorie selon laquelle je dois embarquer dans l’Arche un couple de tous les animaux existants. Mais enfin, on ne pourrait pas faire une seule exception ? En laissant à terre les deux termites ?

La grenouille de Noé

Noé construit l’arche selon les recommandations du Tout Puissant. Les animaux commencent à arriver et Noé interpelle le Seigneur :
– Ils ne rentreront pas tous !
– Qu’à cela ne tienne, lui répond Dieu, tu leur diras que tous les animaux à grosse bouche ne rentreront pas dans l’arche.

Noé annonce la nouvelle aux animaux, et la grenouille à grosse bouche, en prenant sa petite voix à petite bouche, dit : « Oh ! Eh bien, il n’a pas de chance le crocodile ! ».