Les préliminaires de brunes

Qu’est-ce que des préliminaires pour une brune ?

3 heures à saouler le gars et 6 heures à supplier.

Un éléphant ça trompe énormément

C’est un homme complètement ivre qui avance à grand-peine. Derrière lui, un éléphant rose n’arrête pas de lui parler. Le type se retourne et lui fait :
– Toi, la ferme ! Si j’étais pas bourré, tu serais pas là !

Mieux vaut tard, parfois, que trop tôt !

Une femme énervée attend son mari avec un rouleau à pâtisserie. Lorsque le mari rentre complètement ivre, la femme l’engueule et se met à lui taper sur la tête en lui disant :
– Tiens, puisqu’il est 3 heures…

Et elle lui donne un deuxième coup de rouleau sur la tête. Le mari lui répond :
– Heureusement que je ne suis pas rentré à minuit !

A fond la tondeuse

Ayant délaissé l’eau ferrugineuse pour une boisson plus corsée, un Norvégien ivre a volé une tondeuse pour rentrer chez lui, pédale au plancher. Le chauffard a couvert les 45 km qui le séparaient de son domicile en un peu plus de 6 heures. Inculpé pour le vol du véhicule, il n’a cependant pas été inquiété pour ses excès de vitesse ni pour sa conduite en état d’ivresse.

Toujours plus saoul

C’est un homme qui va dans un bar et qui demande :
– Deux grands whisky secs, s’il vous plaît.
Le barman les lui sert et le gars se les enfile l’un derrière l’autre.

Il paye, sort du bar et va dans un autre bar en marchant moins droit. Là, il demande :
– Un grand whisky sec, s’il vous plaît.
Le barman le lui sert et le gars se l’enfile.

Il paye, sort du bar et va dans un autre bar, en marchant un encore moins droit. Là, il demande :
– Un whisky sec, hips !
Le barman le lui sert et le gars le boit. Il paye et sort comme il peu du bar, en titubant.

Il rentre chez lui et en bas de l’immeuble, il sort de sa poche une petite flasque de whisky et s’en boit une grande lampée.

Après ça, il rampe dans l’escalier jusqu’à sa porte. L’ouvre comme il peu en tremblant et en mettant un bon moment à trouver le trou de la serrure. Il entre, va dans son salon, ouvre son bar, prend un verre à digestif et le remplit de whisky qu’il écluse en une gorgée.

De là, il se traîne jusque dans sa chambre, monte péniblement sur son lit, prend un dé à coudre sur la table de nuit qu’il remplit de whisky avec la flasque qu’il n’avait pas vidée. Et il boit cul sec tout le contenu du dé à coudre.

A ce moment là, il dit à sa femme :
– C’est t-t-tout de même cur-hips-ieux. Moins jjje bois, plus j’suis saoul.