blague sur les valises

La resquille écossaise

Dans un train en Écosse, le contrôleur est en train de vérifier les billets des personnes assises dans les wagons en première classe.

Il en est presque au bout du wagon, lorsqu’il tombe sur un resquilleur :
– Dites-moi, monsieur, votre billet est un billet de seconde classe, avec tarif spécial pour militaires… Or vous n’êtes pas militaire et vous êtes dans un wagon de première : il va vous falloir régler deux amendes ainsi que la différence avec le billet au tarif normal !

Mais l’Écossais resquilleur ne l’entend pas de cette oreille : il hurle, se débat, insulte le contrôleur… À tel point que le contrôleur sort de ses gonds, empoigne la valise du gars et la jette par la fenêtre du train !

Alors l’Écossais resquilleur lui dit :
– Mais vous êtes fou ? ! Vous voulez que je paie une amende et maintenant vous jetez mon fils par la fenêtre !

L’embarquement réussi

Un monsieur arrive en courant et se précipite vers un superbe paquebot. Dans chaque main, il a une valise. Il court, il court. Le bateau n’est plus qu’à deux mètres du quai. Il lance ses deux valises, fait un saut formidable et se retrouve sur le pont. Deux matelots se précipitent pour le relever. Il saigne, il est essoufflé, mais il triomphe :
– Je l’ai eu le bateau !
– C’est certain, mais vous pouviez attendre encore un peu… nous arrivons juste à quai !

Publicité

La trompette de mamie

– Oh, papa, c’est formidable, tu as retrouvé ma trompette ! Je pensais que je ne la reverrais jamais et j’aime tellement en jouer.
– Eh bien, va faire écouter ce que tu sais faire à ta mamie qui vient d’arriver, allez, va vite avant qu’elle ne se mette à défaire toutes ses valises…

La valise de l’Écossais

Dans un train, un Écossais qui n’a pas de billet refuse catégoriquement de faire vérifier son titre de transport au contrôleur. Au bout d’une demi-heure de discussion, le contrôleur s’énerve, prend la valise du voyageur et la balance par la fenêtre du compartiment. L’Écossais se met alors à hurler :
– Et en plus, il jette mon fils par la fenêtre !