Le procureur de Nikita

Les perles : la justice

À Caen, on l’appelait « Éric le Rouge » ; à Valenciennes, « le bourreau de Béthune ». Depuis qu’il est en poste à Nice, ses détracteurs surnomment le procureur Éric de Montgolfier « le nettoyeur », façon Nikita. Acteur ou bourreau, il va falloir choisir !

Le jugement du surnom

Les perles : la justice

Les juges attirent les surnoms comme le bas clergé la vérole. Certains avocats ont surnommé le juge d’instruction financier Jean-Pierre Zanoto « la Rolls de l’instruction », tant ses dossiers sont ciselés et ses interrogatoires remarquablement construits. Le juge marseillais Jean-Jacques Galli, réputé répressif, a été baptisé par ses « victimes » « Hannibal », comme le héros du Silence des agneaux. D’autres s’illustrent par leurs jugements expéditifs. Le président René Salomon ne craint pas d’être « la Formule 1 de la justice ». Saint-Expédit, saint patron de la jeunesse, n’était-il pas l’avocat des causes pressées ?

Du danger des mots d’amour

Un chasseur vient de tirer sur la femme de son ami sans, heureusement, la blesser sérieusement.
– C’est de ta faute aussi, dit- il pour se défendre, tu ne cesses de l’appeler : mon lapin, ma petite caille, ma biche, ma colombe. Tu ne pourrais pas lui dire « chérie » comme tout le monde ?