Blagues mercantiles

Questions existentielles :

Les blagues sur les caissières, ça doit supermarché ?

L’amour myope

Les perles : les petites annonces

« Homme, la trentaine, cherche à rencontrer une femme au supermarché, mais je suis myope et ne vois pas très bien, alors guidez-moi… »

La blonde cavalière

Une blonde décide un beau jour de se mettre à l’équitation, bien qu’elle n’ait aucune expérience de ce sport. Elle grimpe donc sur le cheval, sans aucune aide ni supervision.

Lorsque le cheval se met à galoper, la blonde n’est pas très stable et commence à glisser de sa selle. Terrorisée, elle essaie de s’accrocher à la crinière du cheval, mais sans succès. Elle essaie alors d’agripper le cou du cheval, mais continue à glisser. Le cheval continue de galoper avec énergie, apparemment insensible à la situation précaire de sa cavalière.

La blonde lâche finalement prise, espérant tomber en douceur sous le cheval sans se faire piétiner, mais son pied reste coincé dans l’étrier, ce qui la place dans une situation encore plus épineuse…

Sa tête cogne plusieurs fois le sol. Elle est au bord de l’évanouissement quand, par miracle, le directeur du supermarché la remarque et débranche la prise…

Le pas sage à l’euro

En 2012, un homme qui a la main lourde sur la bouteille est revenu du supermarché et a annoncé fièrement à sa femme :
– Chérie, c’est les derniers francs que j’ai mis dans l’alcool !
– C’est merveilleux chéri ! Tu as enfin décidé d’arrêter de boire ?
– Non. Mais à partir de demain, je paie en euros !

Les robinsons du supermarché

C’est un homme qui est dans un supermarché et semble perdu en cherchant d’un bord à l’autre du magasin. Il est tellement préoccupé qu’il entre en collision avec un autre homme ayant le même comportement.

Le premier homme lui dit :
– Excusez-moi monsieur, j’ai la tête ailleurs. Je cherche ma femme.

Le second lui répond :
– Aïe ! Moi aussi je la cherche. De quoi elle a l’air la vôtre
– Elle s’appelle Vanessa. C’est une belle blonde, qui mesure 1m75, cheveux en bas de l’épaule, vêtue d’une jupette près des fesses, un soutien-gorge noir en dentelle bien garni. Et elle a toujours un sourire des plus charmeurs… Et la vôtre, de quoi a-t-elle l’air ?
– Oublie la mienne, on cherche la tienne !