La fortune du chirurgien savoyard

Dans une petite ville de Savoie, un chirurgien, spécialiste des bras et des jambes cassés, raconte :
– Ma fortune, je la dois au fait que, dès le premier jour, j’ai pris deux associés.
– Deux autres chirurgiens ?
– Non. Pour l’hiver, un moniteur de ski et, pour l’été, un représentant en cire pour parquets.

Le train du savoyard

C’est un garçon, un bon savoyard qui monte dans un train. Dans le compartiment se trouvent deux hommes cravatés tapant sur leur ordinateur.

Le garçon s’installe près de ces deux hommes et commence à manger un sandwich.

Au bout de quelques dizaines de minutes, le jeune homme d’Annecy demande à l’un des deux :
– Puis-je savoir où vous allez ?
– Et bien moi, je vais à PARISS, répond d’un air moqueur l’homme cravaté.

Le jeune savoyard croit avoir mal compris et répète « PARISSSS » ?

Et le cravaté rétorque : « OUI, PARISS avec deux S ! »

Le jeune homme se demande pourquoi Paris avec deux « S » mais n’en rajoute pas et continue à déguster son sandwich.

Plus tard, il s’adresse à l’autre homme cravaté et lui demande :
– Et vous, où allez-vous ?
– Et bien moi, répond le deuxième homme cravaté, également d’un air moqueur, je vais à Bordeauxx avec deux « X » !

Le Savoyard ne répond pas et s’interroge sur ces deux hommes.

Tout à coup l’un des deux hommes cravatés se tourne vers notre savoyard et lui demande :
– Et toi, où vas-tu ?
– Eh bien moi, je vais à Mâcon avec deux CONS.