Curiosité féminine

Une femme vient d’emménager dans un immeuble neuf.
– Es-tu contente de ton appartement ? lui demande une amie en visite.
– Oui, mais c’est construit trop légèrement. Les murs sont trop minces : je suis sûre que les voisins entendent tout ce qui se dit chez moi.
– Mets des rideaux.
– Oui, mais alors je n’entendrais plus ce qu’on dit chez eux !

11 septembre 2019 – Rideau !

dessin humoristique de Zaïtchick sur la gaieté des féministes islamistes
11 septembre 2019 – Rideau !

Fatima : « Oh, regarde Naïma, quels jolis rideaux ! Voilà de quoi égayer notre morne intérieur ! »
Naïma : « Tu as raison Fatima. Ils sont choux, mais… Tu parles de notre maison ou de nos burqas ? »
(caricature de féministes islamistes)

Tombé sur la tête

C’est un cabaret de music-hall qui va présenter pour la première fois un numéro unique au monde : « l’homme à la tête de métal ». Il s’agit d’un acrobate qui effectue un saut d’un plongeoir haut de 3 mètres et qui se réceptionne sur la tête !

Le soir de la première, l’acrobate est dans les coulisses, en pleine concentration. Soudain, il entend la musique de Rocky, celle sur laquelle il entre en scène. Il se prépare en se plaçant un bandeau sur les yeux, puis il grimpe sur son plongeoir.

Un dernier moment de concentration, et c’est le saut de l’ange avec réception sur la tête CHTONK ! : pas un applaudissement !

L’homme se relève, salue, et remonte au deuxième plongeoir placé à 5 mètres de haut.

À nouveau, concentration, saut de l’ange, réception sur la tête CHTOOOONNNKKK ! : tout le plateau du cabaret tremble, mais toujours pas un applaudissement !
– La vache, se dit-il, ils sont durs ce soir!

L’esprit embrumé, les cervicales endolories, l’acrobate se relève, salue et remonte alors au niveau du dernier plongeoir, à 8 mètres de haut. Concentration, saut de l’ange, réception sur la tête CHTTTTOOOOOOONNNNNNKKKKKK !

Dans tout le cabaret, c’est une secousse de 7 degrés sur l’échelle de Richter, mais toujours pas un seul applaudissement ! Alors l’acrobate se relève et se met à pleurer. Au même moment, une main se pose sur son épaule et il entend :
– Tu peux commencer à te préparer, on va lever le rideau dans quinze minutes…

La tringle de la vengeance

Le premier jour, elle a emballé ses effets personnels dans des boîtes, des malles et des valises. Le deuxième jour, les déménageurs sont venus pour les emporter. Le troisième jour, elle s’est assise pour la dernière fois dans leur salle à manger, à la lueur des chandeliers et bercée par une douce musique de fond, elle s’est fait un festin de crevettes, de caviar et de champagne.

Lorsqu’elle a terminé son repas, elle est allée dans chacune des pièces de la maison et a déposé, dans le creux des tringles à rideaux, quelques crevettes qu’elle n’avait pas mangées. Elle a ensuite bien nettoyé la cuisine et a quitté la maison.

Lorsque son mari et sa nouvelle amie de coeur sont revenus à la maison, ils ont filé le parfait amour durant les premiers jours. Puis, lentement, la maison s’est mise à sentir mauvais. Ils ont tout essayé : nettoyer, récurer, frotter, cirer, aérer. En vain. Les conduits d’aération ont ensuite été vérifiés afin de s assurer qu’il ne s’y trouvait pas de cadavres de rongeurs en putréfaction. Les tapis ont été nettoyés à la vapeur et des purificateurs d’air ont été installés dans tous les coins de la maison. Ils sont ensuite sortis de la maison quelques jours, le temps que des exterminateurs fumigent la maison. Ils ont même dû faire remplacer le tapis de laine pour une somme faramineuse. Rien n’a fonctionné. Leurs amis ont cessé de venir leur rendre visite, les réparateurs ont commencé à refuser de venir travailler dans leur maison, la femme de ménage a donné sa démission. Finalement incapables d’endurer la pestilence, ils ont décidé de déménager.

Un mois plus tard, bien qu’ils aient réduit leur prix de vente de moitié, ils ne trouvaient toujours pas d’acheteur pour leur maison puante. Le mot est passé et même les agents immobiliers ne répondaient plus à leurs appels. En dernier recours, ils ont emprunté une importante somme d’argent pour pouvoir s’acheter une autre maison.

L’ex-épouse de l’homme lui a téléphoné, histoire de prendre de ses nouvelles. Il lui a raconté la saga de la maison puante. Elle l’a écouté poliment, puis lui a dit qu’elle s’ennuyait terriblement de cette maison et qu’elle serait prête à accepter de réduire ses demandes dans leurs négociations de divorce si elle pouvait récupérer la maison. Sachant que son ex-épouse ne pouvait pas s’imaginer à quel point les odeurs dans la maison étaient pestilentielles et insupportables, il consentit à lui laisser la maison pour le dixième de sa valeur réelle, à la condition qu’elle signe les papiers le jour même. Elle accepta et, dans l’heure, les avocats de l’ex-mari lui envoyèrent les papiers.

Une semaine plus tard, l’homme et sa nouvelle amie affichaient un sourire narquois en regardant les déménageurs emballer toutes leurs choses et les déménager dans leur nouvelle maison… absolument tout, y compris les tringles à rideaux.

Le poisson rouge de compagnie

« Poisson rouge : animal de compagnie qui, par rapport au chat, présente l’avantage de moins s’acharner sur les rideaux. »

Marc Escayrol