Le décryptage policier

Les perles : la police

Une femme signale avoir appelé une amie. Ne comprenant pas le message de son répondeur, elle sollicite l’aide de la gendarmerie pour le décrypter et demande que le résultat lui soit transmis rapidement.

Bonne, mais qu’à l’école

C’est Nini, la sœur de Toto qui a des problèmes avec son institutrice, une vieille fille qui a tout de la pimbêche.
« Alors Nini, tes résultats sont lamentables » lui dit la maîtresse. « Je vais te donner ce mot pour ta maman. Là-dessus, je lui écris que compte tenu des difficultés que tu éprouves en classe, il serait tout à fait indiqué que tu suives des leçons particulières. »

Nini rentre chez elle et donne le mot à sa maman. Le lendemain matin, lorsque les enfants entrent dans la classe, l’institutrice interroge la petite fille :
« Alors Nini, tu as donné mon mot à ta maman ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? »

Sans se démonter, la petite répond :
« Maman a dit que quand elle était petite, elle aussi était nulle à l’école, et ça ne l’a pas empêché d’épouser un polytechnicien. Elle a aussi dit que sa sœur n’était pas meilleure qu’elle et qu’elle est quand même mariée avec le préfet. Et elle a ajouté que vous par contre, vous étiez certainement très bonne à l’école, et que pourtant vous étiez toujours vieille fille. »

Éléphant Man au travail

Les perles : au travail

« Veuillez excuser mon absence parce qu’une abeille m’a piqué. Résultat : je ressemblais à Eléphant Man. C’est tout ! »

La scolarité de la lycéenne blonde

C’est une superbe jeune lycéenne blonde qui a rendez-vous avec le principal à cause de ses mauvais résultats scolaires. Le principal lui fait la morale et tente de la remotiver, mais la jeune fille semble ne prêter aucune attention à ce qu’il dit.

Le principal lui demande :
– Est-ce que vous allez bien ?
– Eh bien, pour être honnête, je crois avoir des problèmes psychologiques… J’ai systématiquement une envie irrésistible de faire l’amour avec les hommes à qui je parle… Je ne sais même pas comment ça s’appelle ce que j’ai. Vous n’auriez pas une idée de comment ça s’appelle ça ?

Et le principal de répondre, en la prenant par la main pour l’amener vers le lit de l’infirmerie :
– Oui, oui, oui… On appelle ça une « très bonne nouvelle »…