Pandore et le brigadier

(Récitation pour adulte, à lire à haute voix, de préférence avec un accent marseillais ou du Gers)

Un gendarme part en permission et il va voir son adjudant dans son bureau.

L’adjudant :
– Bites-moi Pandore, vous êtes bien vaginal ce matin. Où couillez-vous pédérastement en testiculant de la sorte ?

Le gendarme :
– Bite brigadier, le tampax et je dois m’en aller en sperme.

L’adjudant :
– Vous vous en allez en sperme un jour d’érection lorsque tout le monde va aux burnes, mais vous allez jeter la masturbation dans le service ! Bites-moi, où allez-vous en sperme ?

Le gendarme :
– Je m’en vais en sperme au-delà des foutrifications de la Bite Montmartre. On y jouit d’un point de vulve très clitoresque sur les copulations laborieuses. Ensuite, j’irai sur les verges fleuries de la Seine où se déroulent actuellement les fêtes Vénériennes, et je poursuivrai à travers les chancres fleuris vers les Putes Chaumont voir les jeunes filles qui jouent au pénis avec leurs craquettes.

L’adjudant :
– Bites-moi, Pandore, enculeur comptez-vous rentrer ?

Le gendarme :
– Eh bien, j’accrocherai le vagin de queue de l’automatrice et je serai là sur les couilles de baiseur-baiseur et demi.

L’adjudant :
– Très bien gendarme, alors bonne sperme et anussez-vous bien.

L’ancêtre des devoirs

Une institutrice demande à un de ses élèves :
– Qui te fait réciter tes devoirs à la maison ?
– C’est mon arrière… arrière… arrière-grand-mère…
– Mais… Ce n’est pas possible !
– Si, c’est po… po… possible!

Subornation de témoin

Les perles : la justice

Tribunal correctionnel. Un grand silence traverse tout à coup la salle. Un témoin vient d’affirmer qu’un avocat de la défense lui a fait passer un brouillon à recopier et à réciter à la barre. Un brouillon qui devait servir à témoigner en faveur d’un trafiquant de drogue ! Les magistrats n’en croient pas leurs oreilles, l’avocat ainsi montré du doigt se fait bernard-l’hermite. Si ce n’est pas de la subornation de témoin, ça y ressemble quand même fortement.