Les lourdes peines américaines

Les perles : la justice

Il n’y a guère qu’aux États-Unis qu’un tribunal puisse infliger à un accusé, par le jeu du cumul de peines, cinquante, soixante, quatre-vingts ou cent ans de prison. Comme disait un président de cour américaine à un récidiviste lourd : « Ne vous affolez pas, mon ami, vous ferez ce que vous pourrez ! »

La confiance de l’escroc

– C’est aujourd’hui, dit le juge, la vingt-septième fois que vous comparaissez devant un tribunal, pour escroquerie.
– Cela prouve une chose, répond l’accusé, c’est que j’ai une tête qui inspire confiance.

…Que la raison ne connait pas

Les perles : la justice

Devant les assises de l’Hérault, Gilbert Pollet répond de vingt-quatre vols à main armée. Récidiviste, il risque la perpétuité. « Monsieur l’avocat général, monsieur le président, je vous aime. J’aime aussi les deux policiers qui m’entourent ! » lâche l’accusé. Après cette surprenante déclaration, les jurés ne lui infligent que dix ans de réclusion. L’amour a ses raisons…

Le vol alimentaire

Les perles : la justice

Il y a des délinquants qui ne reculent devant rien. Ni devant un mauvais coup ni devant un bon mot. Ainsi, ce voleur récidiviste auquel un magistrat demandait, ingénu, pourquoi il persistait à voler et qui répondit sans hésiter : « Pour nourrir mes enfants, mes avocats et mes juges !