La rançon de l’orteil

J’ai commencé à me demander si mes parents tenaient à moi quand des gangsters m’ont kidnappé et ont réclamé une rançon en envoyant un de mes orteils. Mon père a refusé de payer en disant que ça me ferait les pieds.

La déception du preneur d’otages

Un preneur d’otages lance par la fenêtre de l’appartement où il détient douze personnes prisonnières, ce message destiné au chef de la police dont les hommes assiègent l’immeuble :
– Comment voulez-vous que je crois que vous allez mettre un Airbus et cinq millions d’euros, en petites coupures, à ma disposition, alors que vous n’êtes pas capable de tenir parole pour les choses les plus simples ? Je vous avais demandé un sandwich grec au ketchup et vous l’avez tartiné de harissa !

Enlèvement des cendres

Un cambrioleur s’est emparé, chez un couple de Forster City (Californie), de l’urne funéraire contenant les cendres d’un chien adoré. Après quoi il a exigé une rançon de 1500 euros contre la restitution de la précieuse sépulture. Promptement arrêté, il refuse toujours de rendre les cendres.

Le prix d’une belle-mère

Un magnat texan du pétrole reçoit un coup de téléphone de l’homme qui a kidnappé sa belle-mère :
– J’exige, dit ce dernier, un million de dollars pour vous la rendre.
– J’ai une meilleure proposition à vous faire, répond le gendre : est-ce que pour deux millions de dollars, vous accepteriez de la garder ?