Quelle truffe !

Après des années d’enfermement, un malade, qui se prenait pour un chien est convoqué par le patron du service :
– Mon ami, j’ai une bonne nouvelle pour vous : vous allez pouvoir sortir. Votre dernier test est formel, vous êtes guéri !
– Je le savais, docteur, touchez mon nez, il est tout froid.

Et avec un dico ça donne quoi ?

Les perles : la justice

Un expert psychiatre noie les jurés sous le flot de ses références sur les « paranoïaques », les « schizoïdes », les « schizophrènes », les « transitivistes », les « névrosés », les « persécuteurs » et autres auteurs de « crimes immotivés ». Du coup, le bâtonnier Allegrini aura ce mot : « Votre jargon fait le délice des cruciverbistes, mais l’abomination des avocats. »

Le cabinet portatif

Dans la rue, un homme croise un ami psychiatre qui court, un divan sur le dos.
– Où vas-tu comme ça ? lui demande-t-il.
– J’ai une urgence.

L’opéra muet

– Mon mari, explique une femme à un psychiatre, est persuadé d’être une idole du passé. Il m’abrutit littéralement en braillant, à longueur de journée, des airs d’opéra, sous prétexte qu’il est une réincarnation du ténor Enrico Caruso.
– Envoyez-le moi, que je voie comment je pourrais le traiter.

Le soi-disant Caruso se rend au cabinet du médecin et, une demi-heure durant, il le régale des plus grands airs : Rigoletto, La Traviata, Carmen… Le lendemain, sa femme appelle le psychiatre :
– Je ne sais pas comment vous vous y êtes pris mais le résultat dépasse toutes mes espérances. Depuis ce matin, il se contente d’ouvrir et de fermer la bouche sans qu’il en sorte le moindre son.
– Bien sûr ! J’ai réussi à le convaincre que Caruso n’était rien à côté de Rudolph Valentino, la plus grande vedette du cinéma muet.

Immolation scripturale

Mon psychiatre m’a conseillé d’écrire une lettre aux gens que je déteste puis de les brûler. C’est fait. Mais que faire des lettres ?