blague sur les psychiatres

Le rêve de cochonneries

Chez le psy, le patient allongé sur le divan déclare :
– Depuis quelques nuits, je rêve toujours à Béatrice !
– Qui est Béatrice ?
– C’est la sœur de ma femme.
– Votre belle-sœur représente le fruit défendu, dit le psy. Ce qu’il ne vous est pas permis de toucher. Y-a-t-il un certain nombre de choses qui vous sont interdites ?
– Eh bien, je fais un peu de cholestérol, dit le patient, alors je dois me surveiller.
– Tout s’explique ! clame le psy triomphant. Quand vous rêvez à Béatrice, c’est que vous avez envie de vous taper une bonne assiette de charcuterie !

Soigner l’amnésie

– Docteur, aidez-moi, dit un patient au médecin psychiatre d’un ton suppliant. Je souffre d’amnésie. Que me conseillez- vous ?
– Rentrez chez vous et tâchez d’oublier ça, lui répond calmement le médecin.

Le complexe d’infériorité

– Maintenant que vous êtes allongé sur le divan, dit le psy à son patient, dites-moi quelle est la cause de votre complexe d’infériorité.
– Je peux même vous la présenter : elle est venue avec moi et est assise dans la salle d’attente.

Le patient agressif

Un psychiatre demande à son patient :
– Quelle est la cause de votre agressivité avec les autres ?
– C’est justement ce que vous êtes censé m’expliquer, connard !

L’abnégation du psychiatre

Une belle fille est allongée sur le divan. Derrière elle, un psychanalyste s’est confortablement installé dans son fauteuil et écoute attentivement tout ce qu’elle dit :
– Vous voulez que je vous raconte mon dernier rêve, docteur ?
– Allez-y.
– J’avais pris l’autobus et en face de moi, il y avait un athlète de cirque avec un slip en peau de panthère. Au bout d’un moment, il s’est mis à arracher ma robe. Il avait un petit sourire mauvais au coin de la bouche. Et puis, il a sorti un fouet de sous la banquette. Alors, tous les gens qui étaient dans l’autobus, ont commencé à se déshabiller en douce. Même un agent de police, docteur, et il vous ressemblait furieusement. Il n’a gardé que son képi et son ceinturon. Et je l’ai vu qui se rentrait son bâton dans le cul en poussant des petits cris. Alors l’homme au fouet l’a regardé dans le blanc des yeux. Il lui a donné une baffe magistrale et lui a ordonné de me… Oh ! Mon Dieu, il est cinq heures ! La consultation est terminée… Au revoir docteur. A la prochaine fois !

Et la fille se lève pour partir. Le psychanalyste est toujours dans son fauteuil. Il avale sa salive et il lui dit :
– Mais non, mademoiselle ! Rallongez- vous et continuez… À partir de maintenant, c’est sur le compte de la maison !