Et Verlaine pleure…

– Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone.
– Hein ?
– Il pleut, je me fais chier.
– Ha.

Le poème de qualité

Je creuse,
Tu creuses,
Il creuse,
Nous creusons,
Vous creusez,
Ils creusent…

C’est pas forcément un très beau poème, mais c’est très profond…

Miss cocker…

Un dresseur d’animaux montrait les talents de son cocker savant à un directeur de music-hall incroyablement myope. Le chien récita fort joliment quelques petits poèmes et finit l’audition par un pot-pourri d’airs d’opéra. Le directeur se pencha par-dessus son bureau :
– Pas mal, dit-il. Et maintenant, qu’elle fasse voir ses jambes.

Requiem pour un perroquet…

Une dame très bavarde demanda à un écrivain de lui écrire un quatrain-épitaphe pour son perroquet, son «coco chéri» qu’elle venait de perdre. Et l’écrivain inventa ce quatrain :
« Passant, ci-gît un perroquet
Qui, vivant, eut beaucoup d’adresse
Mourant, il laissa son caquet
Par testament à sa maîtresse. »

Le procès du poète

Les perles : la justice

« Ceci est nouveau : poursuivre un volume de vers ! Jusqu’à présent, la magistrature laissait la poésie fort tranquille ! Je suis grandement indigné. » Flaubert vole au secours de Baudelaire, dont six poèmes sont censurés pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. « Les Fleurs du mal » ont mal aux alexandrins.