La place d’une épouse

Les perles : la politique

« Je suis son épouse, c’est tout simple. Vous avez toujours l’air étonnés que les épouses soient à côté de leur mari. Il serait temps d’évoluer un peu. C’est notre place ! »

Brigitte Macron, lors d’un meeting en 2016

La seule place disponible

Par lettre et par téléphone, un casse-pied relance un virtuose qui doit donner, en sa ville, son unique concert de l’année et à guichet fermé. N’obtenant pas satisfaction, l’anonyme casse-pied se rend à la salle de concert et guette l’arrivée du pianiste. Le voici qui arrive :
– Ah monsieur, c’est moi qui vous ai écrit et téléphoné pour une place. Pourriez-vous me donner satisfaction ?
– Je n’ai qu’une place, une seule place à ma disposition, monsieur. Et je vous l’offre, oui.
– Je ne sais comment vous remercier, monsieur. Où est-elle, cette place ?
– Au piano, monsieur.

Moi, moi, moi…

Lors d’un enterrement de famille, on constata qu’il ne restait plus que deux places dans le caveau. Les trois grands-tantes commençaient à se chipoter :
– Moi, je veux être enterrée ici, dit l’une d’elles.
– Il est hors de question que j’aille ailleurs, déclara la deuxième.

C’est alors que l’aînée, un petit sourire aux lèvres, dit :
– Première arrivée, première servie !

L’honnêteté paie toujours

Deux femmes descendent de l’autobus. Tout à coup, l’une d’elles pâlit et dit à son amie :
– Mon Dieu ! J’ai oublié de payer ma place !
– Écoute, répond l’autre, le chauffeur ne s’est aperçu de rien. Tu ne vas quand même pas te tracasser pour cela.
– Non, non, insiste la dame. Tu ne me convaincras pas. Je retourne payer. D’ailleurs, tu connais le proverbe : « L’honnêteté paie toujours ».

Deux minutes plus tard, elle revient vers son amie avec un air triomphant :
– Eh bien ! Qu’est-ce que je te disais, que l’honnêteté paie toujours ! J’ai donné au chauffeur un billet de 10 euros et il m’a rendu la monnaie sur 20 euros.