blague sur les particules

L’allongement du raccourci

Les perles : la justice

Sous la Révolution, on avait arrêté un jeune journaliste de dix-sept ans, Alphonse Martainville. D’un naturel plutôt insouciant, il se présente, le 15 ventôse an II, devant le tribunal.
– Approche, Alphonse de Martainville, l’apostrophe le président.

Surpris de se voir tout à coup anobli par la particule, le prévenu réplique :
– Mais citoyen ! Je suis venu ici pour être raccourci, et non pour être rallongé !

Dans la foule, quelqu’un cria :
– Alors, qu’on l’élargisse !

Sa réponse amusa le public autant que ses juges. Martainville fut acquitté.

La particule de Kalkbrenner

Le pianiste Kalkbrenner tenait beaucoup à la particule qui précédait son nom et en faisait étalage en toute occasion.
– Savez-vous, dit-il à quelqu’un de sa connaissance, que la noblesse de ma famille remonte aux Croisades ? Un de mes ancêtres a accompagné l’empereur Barberousse.
– Au piano ? demande l’autre.

Publicité