blague sur les nuances

Merci pour ce moment !

Une femme a fait déballer deux heures durant, une cinquantaine de pièces de tissu, avant de trouver la nuance très particulière de rouge qu’elle recherchait. Enfin, elle s’écrie :
– Ça y est ! Voilà exactement ce que je voulais !
– En ce cas, dit le marchand, en saisissant ses ciseaux, je vous en mets combien de mètres ?
– Oh ! dit la cliente, un morceau d’environ 1 cm carré me suffira. C’est pour remplacer la langue de l’ours en peluche de mon petit garçon. Elle a dû se décoller et il l’a perdue, sur le chemin du square.

La morale de Mesrine

Les perles : la justice

Il fait la une des journaux. Il aime la mise en scène. Jacques Mesrine s’est construit un personnage. L’ennemi public numéro un des années 1970 écrit, explique. Révolté, il pousse jusqu’au bout son rejet de l’ordre et s’invente sa propre morale : « J’ai du sang sur les mains, dit-il, mais du sang d’hommes de mon milieu ou de flics. Je n’ai jamais touché un innocent. Tueur peut-être, mais pas assassin ! » La nuance est de taille.

Tu t’es vu quand t’as bu ?

Les perles : la police

Au portail de la brigade, un individu demande à souffler dans un éthylomètre. Il pense n’avoir bu qu’un petit coup, en réalité, il est en état d’ivresse publique et manifeste. Tout est affaire de nuance.