Le crash politique

Un avion transportant une vingtaine de politiciens se crache dans la ferme d’un paysan.
Quand le paysan aperçoit les politiciens couchés dans son champ, il les enterre tous.

Le lendemain, la patrouille de la police locale interroge le fermier :
– Donc vous nous dites que vous les avez tous enterrés ?
– Oui c’est ça.
– Vous êtes sûre qu’ils étaient tous morts ?
– Ben … Il y en avait bien quelques-uns qui disaient qu’ils n’étaient pas morts, mais, vous savez, les politiciens, ils mentent tous comme ils respirent !

L’excuse pourri

Un homme et une femme sont en train de faire l’amour et, tout d’un coup, il demande :
– Dis donc, chérie, ton mari va rentrer à quelle heure ? Parce que je n’aimerais pas le croiser. C’est quand même mon meilleur ami…
– Ne t’inquiète pas, il ne rentre pas avant une heure.

Le téléphone sonne, la femme répond :
– Oui, bonjour mon chéri… Bien mon chéri… D’accord mon chéri… À tout à l’heure mon chéri.

Puis, elle se tourne vers son amant :
– C’était mon mari. On a une heure de plus.
– Ah oui, comment ça ?
– Il est en train de jouer au tennis avec toi.

Le feu aux fesses

Après une cour assidue de plusieurs mois, un garçon un peu naïf a enfin réussi à obtenir de la femme mariée qu’il convoitait, un rendez-vous galant au domicile conjugal de la belle. Les deux amants folâtrent gaiement quand on sonne à la porte.
– Mon Dieu, s’écrie la femme, c’est sûrement mon mari. Rhabille-toi vite. Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui raconter pour justifier ta présence ici ?
– Dis-lui que je suis ton frère, suggère le jeune homme.
– Ça ne marchera pas. Je lui en ai déjà présenté dix-sept.

La trompeuse trompée…

– Mon mari réclame le divorce à son profit, raconte une dame à une amie, alors que c’est parce qu’il m’a menti, que notre union s’est brisée.
– C’est incroyable, ça ! Tu l’as dit au juge ?
– Bien sûr, mais c’est un homme, alors il donne raison à mon mari. Enfin, s’il n’était pas rentré à l’improviste un mardi, alors qu’il m’avait raconté qu’il serait en voyage d’affaires jusqu’au mercredi, jamais il ne m’aurait surprise avec notre voisin de palier !

La mère de Jawad Bendaoud

Les perles : Jawad Bendaoud

En pleurs et le visage rouge, il crie :
« Ma mère la reine des putes si je mens, ça va ou pas ? ils peuvent faire 45.000 articles, j’ai pas hébergé des terroristes ! »

(Jawad Bendaoud, alias Le logeur de Daesh, alias Century 21, alias Stéphane Plaza, lors de son procès le 30 novembre 2018)