blague sur les manèges

Un problème qui nous dépasse

Vous êtes à moto, vous avez un vélo devant vous, un hélicoptère au-dessus de vous, un cochon derrière et à votre droite une voiture très sportive. Comment faire pour doubler le vélo ?

En descendant du manège !

Le colonel hasardeux

Au manège, deux jeunes sous-lieutenants de cavalerie contemplent avec amusement les évolutions de leur vieux colonel sur une monture rétive.
– Tombera pile ou face ?
– Je parie pour face.
– Et moi, pour pile.

Et, soudain, le colonel s’affale dans la poussière.
– Face, j’ai gagné, lance le sous-lieutenant vainqueur.

Le colonel s’époussette un peu, puis se dirige vers les deux hommes.
– Vous ferez huit jours d’arrêt chacun. Sachez que les jeux de hasard sont interdits pendant le service.

Publicité

La blonde cavalière

Une blonde décide un beau jour de se mettre à l’équitation, bien qu’elle n’ait aucune expérience de ce sport. Elle grimpe donc sur le cheval, sans aucune aide ni supervision.

Lorsque le cheval se met à galoper, la blonde n’est pas très stable et commence à glisser de sa selle. Terrorisée, elle essaie de s’accrocher à la crinière du cheval, mais sans succès. Elle essaie alors d’agripper le cou du cheval, mais continue à glisser. Le cheval continue de galoper avec énergie, apparemment insensible à la situation précaire de sa cavalière.

La blonde lâche finalement prise, espérant tomber en douceur sous le cheval sans se faire piétiner, mais son pied reste coincé dans l’étrier, ce qui la place dans une situation encore plus épineuse…

Sa tête cogne plusieurs fois le sol. Elle est au bord de l’évanouissement quand, par miracle, le directeur du supermarché la remarque et débranche la prise…

L’infidélité du regard

Un homme se promène avec sa femme. Soudain, il s’exclame :
– Tu as bientôt fini ton petit manège, oui ?
– Quel manège, chéri ? demande la femme d’un air innocent.
– Ne fais pas celle qui ne comprend pas ! Chaque fois que nous croisons un type bien balancé, tu oublies que tu es mariée !

Elle sourit, narquoise, et répond :
– Oh ! non, chéri. Au contraire !