Les moutons enrhumés

Un médecin demande à un insomniaque :
– Avez-vous essayé, comme je vous l’avais conseillé, de compter des moutons sautant une haie, pour arriver à trouver enfin le sommeil ?
– Oui, mais ça n’a pas marché, n est vrai qu’il faisait un temps de pluie épouvantable, ces pauvres bêtes étaient trempées jusqu’aux os. Alors, allez- vous endormir avec six cents moutons qui sautent successivement une haie en faisant : « Atchoum ! À tes souhaits ! Atchoum ! À tes souhaits !… »

Le sommeil du loir

Animaux en folie #47

dessin de Yelch sur les loirs et l’expression dormir comme un loir
Le sommeil du loir

Rat : « Un loir insomniaque, ce n’est pas banal… »

La célibataire insomniaque

Les perles : les petites annonces

« Célibataire qui finit tard le soir recherche compagne insomniaque… »

Les progrès de la médecine

Un patient chez son médecin :
– J’ai des insomnies persistantes. Je me couche avec les yeux qui me piquent, je m’imagine que je vais faire une nuit sensationnelle, et, à peine allongé, je retrouve toute ma lucidité et cela se prolonge jusqu’à six heures du matin.
– Le remède est facile, dit le médecin. Juste avant d’aller au lit, prenez la précaution de lester votre estomac en absorbant un solide repas. Et vous dormirez comme un loir.
– Mais, proteste timidement l’insomniaque, j’étais déjà venu vous consulter, il y a six mois, et vous m’avez conseillé de me coucher sans dîner.
– Cela prouve, répond le médecin impavide, que la science peut faire des progrès en six mois.

L’insomnie incurable

– Je crois décidément que je suis incurable, dit un insomniaque aux traits tirés.
– Voyons, n’avez-vous pas pris le barbiturique que je vous avais prescrit, hier ?
– Si, docteur, je l’ai pris.
– Et il ne vous a pas fait dormir ?
– Mais si bien sûr ! J’ai dormi comme un loir mais, toute la nuit, j’ai rêvé que je ne pouvais pas fermer l’œil.