L’attachement de la forte tête

Un juge d’application des peines inspecte le quartier des fortes têtes. Il voit un prisonnier enchaîné et lui demande :
– Alors, mon gaillard, vous vous plaisez ici ?

L’autre ricane :
– Ouais, c’est un endroit auquel je suis toujours très attaché !

Les vieilles habitudes

Un directeur de prison, fraîchement nommé :
– Il va falloir que je me méfie des automatismes. Dans l’entreprise que je dirigeais, auparavant, d’une main de fer, j’avais coutume de dire aux fortes têtes : Si vous n’obéissez pas, c’est la porte !