Les ficelles du métier

Au restaurant, un client appelle le maître d’hôtel et il lui dit :
– C’est dégueulasse ! Il y a de la ficelle dans mon potage !

Et à la table à côté, il y a un autre client qui crie :
– Garçon ! Remportez-moi ces spaghettis… Ils sont pleins de ficelle !

Le maître d’hôtel se répand en excuse et il fait changer les plats. Mais il y a du grabuge à une troisième table :
– C’est inadmissible ! J’ai trouvé de la ficelle dans les fraises à la crème !

Alors, le maître d’hôtel, furieux, se précipite à la cuisine, il prend le chef par le bras et il lui lance :
– Dites donc, c’est bien joli vos diplômes, mais nom de Dieu, comment est-ce que vous préparez vos plats ?

Et le chef répond, le doigt sur la bouche :
– Vous savez, ce sont des choses qu’on ne dit pas ! Un cuisinier a toujours ses petites ficelles…

Comment passer un câble

Un homme regarde deux ouvriers au fond d’une tranchée, essayant de passer un câble dans une gaine enterrée. Des heures qu’ils transpirent en vain. L’homme les interpelle :
– Vous n’auriez pas un rat, un chat et une ficelle par hasard ?

Interloqués, les ouvriers se demandent si cet homme à toute sa tête. Pourtant, ce dernier ajoute :
– Si c’était le cas, votre problème serait résolu. Vous attachez la ficelle au collier du chat, vous mettez le rat dans le tuyau, puis le chat derrière le rat et vous n’avez plus qu’à attendre à la sortie !

L’augmentation du rôti de veau

– Comment se fait-il, demande une cliente à son boucher, que le même rôti de veau coûte, aujourd’hui, deux euros de plus que la semaine dernière. Le veau aurait-il augmenté ?
– Le veau, non, répond le commerçant. C’est le prix de la ficelle qui a fait un bond.