Le triste sort des moutons

Dans un pré, deux moutons devisent :
– Pas d’illusions à se faire avec les hommes, dit l’un d’eux, ils nous tondent la laine sur le dos et nous achèvent en gigot.
– Cela ne serait rien, poursuit l’autre, si, toutes les nuits, ils ne nous obligeaient pas à sauter leurs fichues barrières en nous comptant pendant des heures ! Eux après ça, ils s’endorment, mais pas nous.

Le canapé apolitique

Dans un magasin de meubles, un vendeur présente à un visiteur son tout dernier modèle de canapé particulièrement confortable.
– Une question, dit le commerçant. Que se passe-t-il actuellement quand vous vous installez sur votre vieux canapé pour suivre par exemple un débat politique qui se révèle très ennuyeux ?
– Heu … Je m’endors dans le quart d’heure qui suit.
– Eh bien, quand vous aurez votre nouveau canapé, je peux vous assurer que vous échapperez à ces horribles bavards en moins de cinq minutes.

Infidélité alcoolique

Un homme ivre mort rentre chez lui, mais protégé par le dieu des alcooliques, il réussit à se coucher dans le lit de sa femme sans la réveiller. Malheureusement au bout d’une heure, il est tiré du sommeil par le bruit d’un gros camion qui passe dans la rue. Il se lève dare-dare et enfile son pantalon dans l’obscurité. Mais cette fois-ci, il trébuche sur un meuble et sa femme se réveille à son tour. Et elle s’exclame :
– Mais qu’est-ce que tu fais, chéri ?
– Écoute, lui répond-il à voix basse. Il faut que je me sauve. Je t’avais bien dit de ne pas me laisser m’endormir. Tu ne te rends pas compte que je suis marié, moi !

Faire dormir ses enfants

Pour endormir mes gamins, j’utilise l’intégrale des fables de La Fontaine. C’est vraiment un gros bouquin, un seul coup suffit généralement.

Y’en a même qui l’on vu voler

Un homme raconte à un médecin :
– J’ai l’habitude de me coucher sur le dos, et toutes les nuits, je rêve que je vole en avion. C’est accablant, à la fin.
– Essayez, conseille le médecin, de dormir sur le ventre.
– Ah ! Non ! Je supporterais encore moins de voler la tête en bas.