Une castratrice au volant

Les perles : la justice

Certaines automobilistes, sans doute très « chiennes de garde », ne reculent devant rien. Et sûrement pas devant le coup de pied. Un policier qui croyait avoir la loi pour lui a voulu empêcher l’une d’elles de franchir une manifestation en formation. Mais la conductrice a pris la mouche : « Votre femme doit être mal baisée. Cela doit être jouissif pour vous de m’emmerder de cette façon ! » Et joignant le geste à la parole, elle a décoché au policier une reprise de volée dans les parties, blessant douloureusement le porteur de l’uniforme. L’avocat du policier a demandé 13.000 francs de dommages et intérêts. Soit 6.500 francs par organe lésé. Ramené au kilo, on excède largement le cours de la truffe sur le marché de Carpentras.

Il porte plainte contre lui-même

Les perles : la justice

Un habitant du Kentucky s’est poursuivi lui-même en justice, et il a gagné ! Larry Rutman s’amusait à lancer un boomerang, mais celui-ci l’a frappé à la tête en revenant vers lui. L’incident aurait causé des dommages durables à sa mémoire. Il a alors songé à porter plainte contre le fabricant, mais son avocat le lui a déconseillé car le boomerang fonctionnait parfaitement.

M. Rutman a donc décidé de s’attaquer en réclamant 300.000 $ de dommages et intérêt pour sa maladresse, et le juge lui a donné raison. C’est sa compagnie d’assurances qui a payé la somme, le plaignant étant protégé dans le cas où il blesserait quelqu’un.

Le prix du coup de pied

Les perles : la justice

Différend conjugal. Une épouse battue par son mari demande 10.000 francs de dommages et intérêts pour un coup de pied aux fesses. L’avocat du mari violent s’indigne : « À 10.000 francs le coup de pied, je n’aurais pas besoin d’exercer mon métier ! » Pourquoi ? Vous travaillez pour moins cher ?