Les accidents quasi domestiques

Un père écrit à son fils :
« Mon cher fils, j’ai lu quelque part dans un journal que la majorité des graves accidents arrivait à cinq kilomètres de la maison. Bonne nouvelle, nous déménageons. »

L’ingratitude des gens…

Deux propriétaires de résidences secondaires échangent des propos désabusés :
– Je me demande, dit l’un, s’il existe quelque chose de plus désagréable que de voir des amis, que vous avez hébergés pendant tout un week-end, prendre la route sans vous remercier.
– Oh ! Oui, enchaîne l’autre : c’est d’entendre le mari dire à sa femme, au moment où ils s’installent dans leur voiture : « Décidément, on n’est bien que chez soi ! ».

Oui c’est oui, mais non c’est non !

Un homme arrive au bureau avec un œil poché. Il explique à ses collègues :
– J’avais fait la connaissance d’une jeune femme charmante. Après lui avoir offert quelques verres, je l’ai raccompagné chez elle. C’était merveilleux. Tout en elle disait oui. Son corps disait oui, sa bouche disait oui, ses yeux disaient oui.
– Et alors ?
– Son mari est rentré à l’improviste et il a dit non.

C’est le chien pour où ?

Une tique en croise une autre, immobile sur une bouche d’incendie :
– Qu’est-ce que tu fais ? demande la première.
– Eh bien, j’attends le chien de 17h30 pour rentrer chez moi.