L’écrasement nominatif

Un homme vient de se faire écraser par un rouleau compresseur. L’employé des pompes funèbres vient chercher le corps à la morgue :
– Comment s’appelait le défunt ?
– Jurgen Jorkszuczkabrobasky.
– Non, mais, je veux dire, avant l’accident, comment s’appelait-il ?

L’âne du village

Un curé de campagne découvre un beau matin, un âne mort devant sa porte. Il téléphone aussitôt au maire de la commune et demande qu’on enlève le corps.
– Mais, monsieur le curé, c’est votre métier d’enterrer les morts !
– C’est juste, mais la loi m’oblige à consulter la famille du défunt.

La chance des morts

« Les morts ont de la chance : ils ne voient leur famille qu’une fois par an, à la Toussaint. »

Pierre Doris

Veuve, mais pas folle !

Les perles : les assurances

« Croyez bien que ce n’est pas de gaieté de cœur que je viens vous réclamer l’assurance vie de mon défunt mari, l’argent n’ayant jamais étanché les larmes d’une veuve. Pour en finir au plus vite avec ces tristes formalités, je vous demanderai donc de bien vouloir m’adresser le chèque par retour de courrier. »