Chéri, tu n’as pas envie ?

Un mari et sa femme, désespérés par la nullité des programmes télé, se couchent de bonne heure. Le mari s’endort aussitôt, mais sa femme se sent l’âme rêveuse… Et comme elle n’a pas sommeil, elle ne sait pas quoi faire pour s’occuper. Alors elle se tourne vers son mari et lui dit :
– Chéri, tu n’as pas envie ?

Mais le mari continue de dormir et la femme de s’ennuyer. Et quand elle s’ennuie, elle a du vague à l’âme. Alors comme ça, d’un coup sec, elle lui arrache un poil pubien en murmurant d’un air rêveur :
– Chéri ; je t’aime !

Et puis elle en tire un autre en ajoutant :
– Un peu…

Et puis un troisième :
– Passionnément…

Un quatrième :
– À la folie…

Mais son mari ne bouge toujours pas… Alors la femme s’énerve, arrache une grosse poignée de poils et s’écrie :
– Pas du tout !

Là, le mari ouvre quand même les yeux et lui dit :
– Bon, quand t’en auras fini avec les marguerites, on pourra peut-être s’occuper du poireau !

Famille de voleurs

Après avoir fouillé dans son portefeuille, un monsieur se met à hurler, à l’adresse de sa femme :
– Ton fils m’a pris de l’argent !
– Mais, fait l’épouse, ironique, tu l’accuses bien vite. Après tout, ça pourrait être moi… ou maman.
– Sûrement pas. Il en reste.

Les explorateurs et le gorille

Deux explorateurs voient un énorme gorille qui emporte dans ses bras une de leurs collègues.
– Ça ne durera pas, dit un des deux hommes. Je connais bien sa mère. Elle n’acceptera jamais une telle union.
– Vous connaissez la mère de Françoise ?
– La mère de Françoise, non, mais la mère du singe, oui.

La maladie éthylique

– Gérard, dit une jeune femme, affolée, je viens de regarder dans le buffet. C’est terrible ! La bouteille de vieux cognac que nous avions précieusement mise de côté, pour le cas où l’un de nous serait malade, est entièrement vide. Qu’a-t-il pu se passer ?
– Précisément, ma chérie, répond le mari, avec une superbe désinvolture, la semaine dernière, j’ai été bien malade mais, avec mon bon cœur, je ne t’en ai rien dit pour ne pas t’inquiéter.