Un contrat décapitant

Les perles : la justice

Condamné à mort le 12 novembre 1835, Pierre- François Lacenaire, le dandy criminel, se tourne vers son avocat, qui s’efforce de reculer l’heure de la guillotine : « N’insistez pas, maître, j’ai un contrat avec l’échafaud ! »

L’assurance divine

Les perles : les assurances

« Étant converti au Seigneur Jésus, le Seigneur me protège et j’ai une entière confiance dans Sa toute-puissance pour me préserver d’un incendie.
Ainsi, en tant qu’enfant de Dieu, mon opinion religieuse m’interdit de continuer à faire partie d’une compagnie quelconque…
C’est pourquoi j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir effectuer les démarches nécessaires à la radiation pure et simple de mon contrat.
J’espère que vous comprendrez que celui que j’ai passé avec le Seigneur a pour moi une valeur éternelle… »

La durée raisonnable

Les perles : les assurances

« J’ai bien reçu le contrat que vous m’avez adressé pour signature. Je constate cependant que cette assurance est valable pour « la durée actuelle de la société », c’est-à-dire jusqu’au 31 décembre 2068. J’aurai bientôt 75 ans. Est-ce bien raisonnable de m’engager pour si longtemps ? »

La franchise d’assurance

Les perles : les assurances

« Je souhaiterais voir dans nos rapports autant de franchise qu’en comportent mes contrats. »

L’intervention de la police d’assurance

Les perles : les assurances

« Je m’excuse d’avoir été grossier avec votre employée, mais elle était montée sur ses grands chevaux en me disant qu’elle allait chercher la police : j’ignorais qu’il s’agissait de mon contrat… »