C’est mon fils…

– Habituellement, dans les autobus, il est interdit de parler au chauffeur. Cette femme devrait le savoir…
– Oui, mais le conducteur est son fils, et d’ailleurs elle ne lui parle pas.
– Pourtant, elle le distrait, car il n’a pas vu le feu rouge !
– Normal, elle lui met des gouttes dans le nez.

Gardez-la !

Sur l’autoroute, deux gendarmes voient subitement un véhicule accélérer devant eux. Ils le suivent et demandent au conducteur de s’arrêter. Étonnés, ils découvrent que c’est un vieux monsieur qui est au volant :
– Vous vous rendez compte, vous étiez à 200 à l’heure alors que la vitesse est limitée à 130 ! Vous êtes un vrai danger public ! Vous n’avez aucune excuse !
– Si, si, elle est toute simple, il y a vingt ans, ma femme est partie avec un gendarme et quand j’ai vu que votre voiture me suivait, j’ai cru que c’était lui qui me la ramenait.

PAF la vieille !!!

Une vieille dame se fait renverser sur un passage clouté. Un témoin interpelle le conducteur de la voiture :
– Vous auriez pu vous servir de votre avertisseur tout de même !
– C’est que je ne voulais pas l’effrayer.

Bonus… malus…

Un automobiliste veut prendre une assurance avant de partir en vacances.
– Vous conduisez depuis combien de temps ? lui demande le courtier.
– Treize ans.
– Et vous n’avez jamais eu d’accident ?
– Heu… non…enfin…
– Pourquoi hésitez-vous ?
– Eh bien, avoue-t-il, je ne sais pas si vous considérez cela comme un accident : tout au début que je conduisais, il m’est arrivé de charger une jeune fille qui faisait de l’autostop. Et elle est devenue ma femme.

L’interrogation du conducteur

Deux gendarmes voient passer une auto qui roule à toute vitesse ; ils la suivent des yeux jusqu’à ce qu’elle s’écrase dans un fossé. Comme les passagers sont miraculeusement indemnes, un des gendarmes les interroge :
– Qui de vous trois conduisait ?
– On sait pas… Hic… m’sieur… Hic… On était tous derrière…