Le Viagra pour taureaux

Un éleveur de vaches va chez son banquier pour obtenir un prêt afin d’acheter un taureau. Quelques jours plus tard, le banquier rencontre l’éleveur dans la rue et lui demande :
– Alors, comment va notre taureau ?

L’éleveur répond :
– Ben, pas terrible ! Je l’ai mis dans le pré avec toutes les génisses à saillir, et il n’a rien voulu leur faire.
– Vous feriez mieux d’appeler le vétérinaire.

Encore quelques jours plus tard, le banquier rencontre l’éleveur à nouveau :
– Et comment va notre taureau maintenant ?
– Impeccable. Il a sailli toutes mes génisses, ensuite il est passé au-dessus de la barrière, et maintenant il s’occupe des vaches du voisin.
– Hé hé ! Et qu’est-ce que le vétérinaire lui a donné ?
– Il lui a donné des comprimés.
– Quelle sorte de comprimés ?
– Je ne sais pas, mais ils ont un goût de fraise.

Les somnifères salvateurs

– Je ne sais pas, dit un homme à un ami, si je pourrais passer une nuit complète sans mon tube de somnifère.
– N’en prend tout de même pas trop ! conseille l’ami.
– Rassure-toi. Je n’en prends jamais. Mais j’en donne toujours deux comprimés, le soir, à ma femme.