La branlette du chef

C’est un gars qui rentre dans un bar sur le bord d’une nationale, et qui voit à l’entrée le panneau suivant :

  • Sandwich au fromage : 5 €
  • Sandwich au poulet : 6 €
  • Sandwich au thon mayonnaise : 7 €
  • Branlette du chef : 25 €

Il s’avance dans la salle, et il se rend compte qu’il y a pour le servir trois adorables barmaids derrière le zinc. S’adressant à un des jeunes filles, il demande :
– Vous êtes celle qui fait les branlettes du chef ?

Elle répond avec un sourire :
– Oui oui, c’est bien moi !

Alors le gars lui dit :
– Très bien. Alors allez vous laver les mains et faites-moi un sandwich au thon mayonnaise.

À quoi bon la femme ?

C’est Adam qui va vers Dieu et qui se plaint de sa vie sexuelle. Des branlettes à longueur de journée, il en a marre. Alors, Dieu, bon gars, lui créa la poupée gonflable, qu’il livra à Adam.

Deux semaines plus tard, Adam retourne voir Dieu :
– C’est bien beau ton truc, mais ça fait déjà trois fois qu’elle éclate et y en a partout. C’est dégueulasse. Qui va nettoyer tout ça, maintenant ?

Et Dieu créa la femme.

La formule 1 de la branlette

Un jeune gars a finalement obtenu de la plus jolie fille du lycée qu’elle veuille bien sortir avec lui. Il l’emmène donc en discothèque un samedi soir, puis dans le courant de la soirée, il la convainc de venir avec lui passer un moment dans la voiture.

Là ça commence à devenir torride, sauf que la fille lui dit tout de suite :
– Tu sais, je suis encore vierge et j’ai envie de le rester !

Le gars, sans se démonter :
– Ben, c’est pas grave. Tu vas bien me faire une petite sucette ?
– Hééé non. Pas question que je mette ton truc dans ma bouche !

Un peu refroidi, le gars persévère :
– Une petite branlette alors ?
– Je n’ai jamais fait ça. Dis-moi comment ça se passe…
– Eh bien c’est tout simple. Tu vois les pilotes de Formule 1 quand ils ont gagné une course, ils montent sur le podium, et à ce moment là, on leur donne une bouteille de champagne qu’ils secouent pour éclabousser tout le monde autour d’eux… Eh bien, c’est pareil pour la branlette.

Alors la fille lui répond que c’est « OK », elle le déboutonne et sort l’engin, puis commence à lui imprimer le mouvement de va-et-vient idoine à une fréquence de plus en plus élevée.

Quelques secondes plus tard, le gars laisse s’affaler sa tête sur l’appui-tête, ses yeux se ferment, ses jambes se raidissent… il va jouir c’est sûr
… et au lieu de ça il pousse un cri déchirant de douleur « HAAAAAAAAA »

La fille panique et s’arrête pour demander :
– Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ?
– ENLÈVE TON POUCE DE L’EXTREMITÉ !

L’accident de chasse du gamin

C’est un gamin d’une douzaine d’années. Tous les week-ends son père va à la chasse et tous les week-end le gamin lui demande de pouvoir l’accompagner. Le père ne veut jamais prétextant que le gamin va courir partout dans le bois et qu’il va se choper du plomb dans les fesses. Un beau jour le père accepte enfin que son fils l’accompagne à la chasse en lui recommandant bien d’être très prudent et de pas courir partout. Bien entendu, à peine arrivé dans le bois, le gamin va courir dans les buissons … et son père lui tire dessus en croyant qu’il s’agissait d’un lapin.

Le gars conduit son fils chez le médecin. Il retire une bonne cinquantaine de plombs des fesses du gamin et assure au père que les plombs restants, qui sont trop profondément incrustés, s’élimineront par les voies naturelles.

Le lendemain matin, le gamin va trouver sa mère :
– Maman, maman, j’ai pissé du plomb !
– Ce n’est rien, mon fils, monsieur le docteur a dit que c’était normal.

Le surlendemain matin, le gamin va encore trouver sa mère :
– Maman, maman, j’ai chié du plomb !
– Ce n’est rien, mon fils, monsieur le docteur a dit que c’était normal.

Le sur-surlendemain matin, le gamin va encore trouver sa mère:
– Maman, maman…!
– Ecoute tu commences à m’énerver. Si tu as encore pissé ou chié du plomb je te retourne une baffe !
– Non, non, je me suis branlé et j’ai tué le chien…