Le pied du milliardaire

Au fameux et aujourd’hui défunt Andrew Carnegie, roi de l’acier et fondateur de nombreuses bibliothèques qui portent son nom, on demanda un jour :
– Quel est le facteur le plus important dans une industrie : le travail, le capital ou l’intelligence ?

Le milliardaire répondit :
– Quel est le pied le plus important dans un trépied ?

Bienvenue chez IKEA…

Une femme annonce à son mari qui se tient à quatre pattes avec une quinzaine de livres rangés sur le dos, et une lampe à abat-jour en équilibre sur la tête :
– Cette fois, chéri, je crois qu’on a enfin trouvé l’endroit idéal pour installer la bibliothèque.

Rat de bibliothèque

dessin de Yelch sur les rats de bibliothèque
Rat de bibliothèque

Rat : « C’est un rat de bibliothèque… »
(caricature de rat de bibliothèque)

Comment choisir une « bonne » école ?

dessin de miss lilou avec une maman accompagnée de son fils qui demande à une institutrice avec un bonnet d’âne sur la tête si son établissement possède une bibliothèque, et l’institutrice lui répond que les bibliothèques sont inutiles à l’ère du numérique. Et le dessin est intitulé « Comment choisir une bonne école ». L’institutrice a un pupitre sur lequel il est inscrit BNC en bleu blanc rouge, signifiant Bises Naisse Coule
Comment choisir une « bonne » école ?

Mère : « Avez-vous une bibliothèque ? »
Hôtesse d’accueil : « Inutile …. À l’ère du numérique »
(caricature de business school)

9 mai 2019 – Tout feu, tout faf : la censure « de progrès »

À Barcelone, l’école Tàber retire de sa bibliothèque 200 livres jugés « sexistes » ou « toxiques ». Parmi eux, les contes des frères Grimm, les contes de Perrault et la légende de Saint-Georges.

dessin d’actualité humoristique sur la censure éclairée pratiquée par des individus progressistes à l’école Tàber de Barcelone
9 mai 2019 – Tout feu, tout faf : la censure « de progrès »

Censeur : « Par contre, on va garder Fahrenheit 451. »
(caricature de la censure de l’école Tàber)

Après la « discrimination positive », la « Blitzkrieg positive » et en attendant « l’apartheid positif », le « racisme progressiste » et le « fascisme fun », voilà la « censure éclairée » où comment des individus « progressistes » s’érigent en censeurs « éclairés » et s’arrogent le droit de dire aux autres ce qu’il faut lire ou ne pas lire. Bien entendu, le fascisme, c’est toujours les autres.