blague sur les bâtonniers

Et avec un dico ça donne quoi ?

Les perles : la justice

Un expert psychiatre noie les jurés sous le flot de ses références sur les « paranoïaques », les « schizoïdes », les « schizophrènes », les « transitivistes », les « névrosés », les « persécuteurs » et autres auteurs de « crimes immotivés ». Du coup, le bâtonnier Allegrini aura ce mot : « Votre jargon fait le délice des cruciverbistes, mais l’abomination des avocats. »

Le mafieux caustique

Les perles : la justice

Procès sous haute surveillance policière. Sur le banc des prévenus est assis Michele Zaza, le parrain de la Camorra napolitaine. Pour l’occasion, le tribunal correctionnel a été transformé en camp retranché. Malade, assisté en permanence d’un médecin et d’une infirmière, Michele Zaza répond d’une vaste contrebande de cigarettes. Quand le représentant des douanes se lève et réclame 50 millions de francs d’amende pour le trafic ainsi organisé, le chef mafieux, bien qu’affaibli, retrouve son sens de l’humour et, se tournant vers son avocat, le bâtonnier Allegrini, lui lance : « On peut payer en deux fois ? »

Le permis de justice

Les perles : la justice

Le bâtonnier José Allegrini a proposé l’instauration d’une véritable « carte de presse à points » pour les journalistes. Et si la presse en faisait autant avec les avocats ? À coups de mauvais points à chaque plaidoirie médiocre, rares seraient les robes noires qui conserveraient leur « permis de plaider » !

Une odeur de Corse

Les perles : la justice

Le bâtonnier Raymond Martin convoque son nouveau conseil de l’ordre. Surpris de voir la forte représentation de Corses dans l’assemblée qui lui fait face, il lâche avec humour : « Il flotte sur cette réunion comme une odeur de figatelli ! »

L’argument du tibia

Les perles : la justice

On ne dira jamais assez que les avocats prennent trop leur métier à cœur. En pleine audience civile, un vif différend entre deux d’entre eux s’est ainsi soldé par un coup de pied au tibia du premier à l’une de ses consœurs, qui de surcroît était enceinte. Le désaccord a dû se régler dans le bureau du bâtonnier. Rappelons ici que les tacles à la gorge ne sont pas autorisés.