Il n’y a pas que le fric, mais quand même…

Les perles : la justice

Intervention haute en couleur d’une épouse délaissée, qui se plaignait du non-paiement de la pension alimentaire à l’audience des divorces : « Cet avocat, je le connais, il est avocat à la cour. Et un avocat à la cour, il ne se déplace pas pour rien ! » Comprenez : il a dû coûter cher à mon mari, donc mon mari peut payer la pension. L’épouse était tout ce qu’il y a de plus désintéressée.

L’intromission des témoins

Les perles : la justice

« Pour éviter qu’ils ne se chevauchent, on a dû introduire les témoins les uns après les autres », raconte une brave dame à son mari à la sortie de l’audience. On croyait pourtant qu’un procès n’avait rien d’une partie de plaisir.

La morale à perpétuité

Les perles : la justice

Un détenu, déjà condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, a fait montre d’une incorrigible impertinence en apostrophant le représentant de l’accusation en pleine audience publique, et en lui lançant : « C’est toi qui as piqué les meubles de la cour d’appel ? » Allusion à la disparition incongrue, quelques mois plus tôt, de plusieurs meubles et tableaux de prix à la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

25 mai 2019 – Balkany toujours égal à lui-même

dessin de Yelch sur le procès de Patrick Balkany
25 mai 2019 – Balkany toujours égal à lui-même

Patrick Balkany : « Je peux vous louer la Villa Pamplemousse pour une bouchée de pain, monsieur le juge… »
(caricature de Patrick Balkany)

16 mai 2019 – J’aime le sort du con, le soir au fond des bois…

Balkany : la sonnerie incarnée.

dessin d’actualité humoristique sur la sonnerie de téléphone de Patrick Balkany en plein milieu de l’audience
16 mai 2019 – J’aime le sort du con, le soir au fond des bois…

Patrick Balkany : « Oh pardon monsieur le Juge… La musique de Liaison Fatale : c’est Isabelle qui m’appelle ! »
(caricature de Patrick Balkany à la barre)