blague sur l’Enfer

L’évangélisation des esquimaux

humour blague esquimaux religion enfer

Un missionnaire évangélise des Esquimaux.
– Si vous ne vous conduisez pas bien sur cette Terre, leur dit-il, après votre mort, vous irez en enfer.
– Qu’est-ce que c’est, l’enfer ? demande un Esquimau.
– Un endroit glacial où on ne peut jamais faire de feu.

Un autre missionnaire qui a assisté à cette scène l’interroge ensuite :
– Qu’est-ce qui vous a pris de leur raconter qu’en enfer, il fait un temps glacial ?
– Vous ne comprenez donc pas que si je leur avais parlé de la chaleur qui y règne, ils auraient aussitôt tout fait pour aller y passer l’éternité ?

L’infidélité est un plat qui se mange froid…

humour, infidélité, blague sur l'infidélité, froid, blague sur le froid, joie, blague sur les joies, paradis, blague sur le Paradis, mort, blague sur la mort, Saint Pierre, blague sur Saint Pierre, coupable, blague sur les coupables, imbécile, blague sur les imbéciles, congélateur, blague sur les congélateurs, tromperie, blague sur les tromperies, adultère, blague sur l'adultère, purgatoire, blague sur le purgatoire, enfer, blague sur l'Enfer

Deux hommes meurent et arrivent au Paradis.
– De quoi êtes-vous morts ? leur demande Saint Pierre.
– De joie, dit le premier.
– De froid, dit le second.
– Ah ! Reprend Saint Pierre, racontez-moi cela.
– Eh bien, dit le premier, je croyais que ma femme me trompait. J’arrive à l’improviste à la maison où je croyais y trouver le coupable. J’ouvre toutes les portes, je regarde dans les placards, je vais à la cave, je fouille tout, rien. Alors, j’en meurs de joie !
– Ah bon, dit Saint-Pierre. Et vous, dit-il à l’autre, comment êtes-vous mort de froid ?
– Cet imbécile a oublié de regarder dans le congélateur.

Publicité

L’enfer médical

Un médecin meurt et aboutit directement en Enfer. Il est dirigé directement dans une salle où on lui dit d’attendre Satan. Au bout de quatre heures, Satan apparaît finalement. Le docteur, furieux, vocifère :- Mais nom de Dieu, comment avez-vous pu me faire attendre si longtemps ? Je suis un homme important. Je suis un chirurgien réputé !

Le démon le regarde et fait :- Des médecins, des médecins, on en trouve treize à la douzaine en Enfer. Et puis aucun ne commence en jurant avec le nom de l’Autre de l’étage supérieur… Mais je vais te dire un truc. Puisque tu dis que tu as attendu trop longtemps à ton goût, je vais te donner le choix de la façon dont tu passeras ton éternité ici… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Et ces paroles sataniques étant prononcées, le maître des lieux montre au médecin deux portes :
– Voici les entrées des deux endroits que je te propose. Tu vas bien regarder ce qui se passe à l’intérieur, je te donne cinq minutes pour faire ton choix… Héhéhéhéhéhé (rire satanique)…

Derrière la première porte, le chirurgien trouve une unité de soins intensifs. Il y a du sang qui gicle de partout, des alarmes qui sonnent à tout bout de champs, des patients qui délirent. Un homme dans un coin est en train de s’extuber lui-même pendant qu’une femme au centre tombe de son lit…

Le docteur ferme rapidement la porte en pensant :
– Oh mon Dieu, c’est pas vrai… Plus de doute ! Je suis vraiment en Enfer… J’espère que la deuxième porte sera moins démoralisante…

Derrière la deuxième porte, le médecin découvre ni plus ni moins que l’asile psychiatrique de l’Enfer. A l’intérieur, c’est « Vol au dessus d’un nid de coucous » à la puissance 10. Des cris partout et tout le temps, des déments qui se fracassent la tête les uns sur les autres… Et quelques rares infirmiers qui tentent de maîtriser les locataires du lieu avec force camisoles et autres électrochocs !

Le toubib referme la porte :
– Je ne sais pas laquelle de ces deux options est la moins pire…

Et, alors qu’il est perdu dans ses réflexions, il remarque une troisième porte. Curieux de savoir ce qu’elle cache, il s’avance vers elle et l’ouvre. A l’intérieur, il trouve une salle extrêmement bien rangée, des infirmières ravissantes et affairées qui accourent aux moindres sollicitations des médecins ; lorsqu’un des médecins se plaint d’une raideur dans la nuque, l’une de ces infirmières accoure pour lui masser les cervicales… Lorsqu’un autre pique une crise de colère, une autre infirmière vient lui susurrer des mots apaisants à l’oreille… Si une érection vient trahir le désir d’un des médecins, aussitôt trois infirmières viennent lui prodiguer tout un ensemble de caresses et autres (*PASSAGE CENSURE PAR LA LIGUE DE LA VERTU ET DE LA MORALE)…

Les cinq minutes étant écoulées, Satan arrive et demande au médecin quelle porte il a choisi.
– Par l’anus artificiel de ma grand-mère, Grand Satan, j’ai choisi !!! Je veux la troisième porte !!! C’est là que je veux passer tout le reste de l’éternité !!!

Satan le regarde et fait :
– Olalalala…. Mais c’est pas possible mon bon monsieur…. La troisième porte, c’est pas l’enfer des médecins, c’est l’enfer des infirmières…

Les livres du Paradis

Un bon chrétien meurt et se retrouve au paradis. Sa plus grande surprise est de constater que les principales activités sont la lecture, le jardinage et la méditation.

Un jour au détour d’un nuage il aperçoit l’enfer. S’approchant discrètement il voit un homme une bouteille dans une main et deux superbes créatures sur ses talons.

Il s’en va trouver Dieu et lui demande : « Pourquoi les pécheurs ont-ils droit aux boissons alcoolisées et aux femmes alors que nous n’avons que ces bouquins stupides ? »

Dieu lui répond : « Si tu avais regardé de plus près tu aurais vu que toutes les bouteilles sont trouées contrairement à ces femmes qui peuplent l’enfer et qui elles ne le sont pas. »

Le travail en Enfer et au Paradis

humour, blague sur l'Enfer, blague sur le Paradis, blague sur les téléphones, blague sur le travail, blague sur le surmenage, blague sur la main d'œuvre

Un damné téléphone de l’enfer à un copain bienheureux qui a mérité le Paradis :
– Ici, cela ne va pas trop mal. Comme on est très nombreux, on travaille deux ou trois heures par jour, pour allumer les feux. Le reste du temps, on se la coule douce. Et toi, au Paradis, comment va ?
– Ne m’en parle pas, répond l’autre. Un travail fou : on se lève à six heures, on se couche à minuit. Je n’en peux plus !
– Mais comment, demande le damné, comment cela se fait-il ?

Le bienheureux répond :
– C’est à cause de la main d’œuvre ! Il n’entre jamais personne ici !