Mon premier Strange

Planche de bande dessinée réalisée par Zaïtchick sur le magazine Strange
Mon premier Strange

Lassé que je ne lise que « des Pifs et des Pafs », mon grand-père m’avait acheté Strange… Frisano, Colan, Milgrom, Palmer, Romita m’ouvraient les portes d’un nouvel univers… L’univers Marvel ! J’étais… l’intrépide Dare-De-Ville (alors, fripon, on maraude ?), j’étais… l’invincible Irone Mane (en garde griffe jaune !), j’étais… Captin Marvelle (poseur), j’étais… Spidé (je te paie une toile Ock !). Qu’est-ce qui aurait pu dépasser ces héros ?
(dessin du 18 février 2011)

Une planche réalisée pour un concours. Que je ne reverrai jamais. Strange était une revue des éditions Lug qui proposait des bandes dessinées Marvel : L’Intrépide Daredevil, L’Invincible Iron Man, Captain Marvel, L’Homme-Araignée…

Autant de personnages qui « nous aidaient à grandir » comme l’a si bien dit Martin Winkler. Mon premier Strange, c’était le numéro 82, octobre 1976…

Elle croit encore au Père Noël !

Les perles : les enfants

Émilie, âgée de cinq ans, a une conversation téléphonique avec sa grand-mère. Dès qu’elle eut raccroché, Émilie fit cette confidence à sa mère :
« Maman, il faut que je te dise un secret : mamie croit encore au père Noël. Il faut faire attention surtout si on en parle devant elle. »

Le prince pompier

Les perles : les petites annonces

« Si vous cherchez le prince charmant de votre enfance, contactez-moi, je suis pompier ! »

Un petit frère dans le dos

Les perles : les enfants

« – Je voudrais bien un petit frère.
– Tu sais bien que papa ne veut pas, répond la maman.
– Tant pis, on n’a qu’à pas lui dire ! »

(Jean-Marc, 3 ans et demi)

Les lions de Thoiry

Les perles : les enfants

À la réserve animale de Thoiry, malgré les interdictions des gardiens et les observations de la maman, ce papa a ouvert la vitre de la voiture pour photographier les lions qui sont tout près. Beaucoup trop près au goût de la maman qui a très peur. Leur fils rassure sa mère :

« Ne t’en fais pas, maman, pendant que le lion mangera papa, tu auras le temps de fermer la vitre. »

(Dominique, 6 ans)