Les grands écrivains malheureux

« Le malheur des grands écrivains est d’inspirer toutes sortes de sottises à des nuées de commentateurs. »

Anatole France

Mieux vaut le malheur

Les perles : le Baccalauréat 2014

« Pour des personnes c’est trop compliqué de faire les choses pour être heureux, donc ils laissent tomber et se disent qu’il vaut mieux être malheureux. »

27 mars 2018 – Valls a mis le temps

Un malheur arrivant rarement seul, chaque attentat fait ressortir Valls de sa boîte… avec son indispensable avis…

dessin d'actualité sur Manuel Valls donnant son avis sur les attentats de Trèbes et Carcassonne
27 mars 2018 – Valls a mis le temps

Manuel Valls : « Il faut interdire les attentats ! »
(caricature de Manuel Valls)

Dormir comme un bébé

Un type (qu’on appellera Marcel) se promène en ville quand il aperçoit son vieux copain Gérard, qu’il n’a pas revu depuis des années. Il se précipite vers lui et l’apostrophe :
– Salut Gérard, ça fait une paie ! Qu’est-ce que tu deviens ?
– Salut Marcel. Ben entre autres, je suis marié depuis deux ans.
– Sacré Gérard! Et qu’est-ce que tu fait comme boulot ?
– Je bossais dans une boite d’informatique, mais je me suis fait virer la semaine dernière.
– Aie, sale coup. Et ça va, tu tiens le choc.
– Ouais, je dors comme un bébé.
– Ah, bon… tant mieux ! Faut que j’y aille, là, mais on se revoit bientôt, hein.
– Sans doute.

Deux mois après, Marcel recroise Gérard dans un café et lui offre un verre.
– Alors, toujours sans job ?
– Ouais, toujours.
– Au moins, ça te laisse du temps à passer avec ta femme.
– Elle m’a plaqué avant-hier.
– Ouille, vraiment désolé, vieux.
– Pas de quoi.
– Tu sais, si je peux faire quoi que ce soit pour toi.
– Non, je t’assure, Marcel, je dors toujours comme un bébé.
– Si tu le dis…

Les deux amis se quittent et, un mois plus tard, Marcel invite Gérard à manger chez lui. Au cours du repas, Marcel s’enquiert de la situation de Gérard.
– Toujours sans travail ?
– Tu sais ce que c’est, même les jeunes ne trouvent plus de boulot, aujourd’hui.
– Et tu as des nouvelles de ta femme.
– Elle vient de demander le divorce pour pouvoir se remarier avec mon ex-patron.
– Ah ! (Marcel, très gêné, essaie de changer de sujet) Et tes parents vont bien ?
– Ils sont morts dans un accident d’avion il y a cinq jours.
– C’est pas vrai ! Toutes mes condoléances, mon vieux. Si je peux t’aider à supporter…
– Pas la peine, je te dis que je dors comme un bébé.
– Mais enfin ! Je ne te comprends pas. Il ne t’est arrivé que des trucs affreux en moins de quatre mois et tout ce que tu trouves à dire c’est « Je dors comme un bébé ». Mais comment tu fais ?
– C’est simple : je dors une heure, je pleure une heure, je dors une heure…