Le malotru marseillais

Nous sommes à Marseille en plein mois d’août. Le bus est bondé, plein de touristes et de locaux.
Là, coincée parmi les autres passagers, une pin-up anglaise maquillée à outrance et habillée raz-la touffe attire l’attention d’un type du pays.

La moiteur de l’été aidant, le marseillais ne peut s’empêcher de masser le postérieur de la touriste d’outre-manche.

Tout d’un coup, celle-ci se retourne et flanque un soufflet magistral au tripoteur :
– Malotru ! (à prononcer avé l’accent anglais)

Et notre marseillais tout penaud :
– Ah pardon ! Je savais pas…

Le téléphone qui halète

Le téléphone sonne dans le studio que partagent deux étudiantes. L’une des deux décroche et dit à son amie :
– Je n’entends qu’une sorte de halètement… Ou c’est encore mon admirateur inconnu qui va me débiter ses obscénités habituelles… Ou c’est ton fiancé qui veut frimer en essayant de t’appeler avec son portable pendant qu’il fait son jogging.