blague sur le docteur Petiot

Le marchand de Tapie

Les perles : la justice

De la bouche d’un avocat qui venait d’apprendre que Bernard Tapie allait dispenser chaque matin des conseils sur l’antenne de RMC, y compris dans le domaine judiciaire : « À quand Landru professeur de cuisine, Petiot conseiller médical et Dutroux éducateur ? » Tapie expliquait ce jour-là doctement que l’appel est suspensif devant le juge pénal, tandis qu’il ne l’est pas sur les autres rives du droit.

L’esprit sportif du docteur Petiot

Les perles : la justice

L’ignoble docteur Petiot, « serial killer » avant l’heure, parachève le style cynique. Durant son procès, il se pose en patriote compulsif, injustement arrêté : « On me reproche vingt-sept crimes, mais pour qui me prend-on ? J’ai procédé à soixante-trois arrestations d’Allemands, de traîtres, d’indicateurs ou d’agents provocateurs, juifs compris, avec une arme dont je ne dirai rien pour qu’elle ne serve pas contre nos troupes d’occupation en Allemagne, car je ne veux pas avoir de sang français sur les bras, moi ! »

Quelques jours plus tard, le même docteur Petiot grave sur les murs de sa cellule de la prison de la Santé : « Ce que j’ai fait, c’est par esprit sportif que je l’ai fait. Je ne demande même pas de remerciement… » Partant pour l’échafaud, il aura une dernière prévenance : « Je vous en prie, ne regardez pas. Je crains que ce ne soit pas très beau. Je voudrais que vous gardiez de moi un bon souvenir. »