La genèse revisitée

Au commencement, Dieu créa le ciel et la Terre. Et la Terre était sans forme, et vide, et l’obscurité était partout.
Alors le diable dit : « On pourrait pas faire mieux ? »

Et Dieu dit : « Que la lumière soit ! », et la lumière fut.
Et Dieu dit : « Que la Terre engendre de l’herbe, l’herbe, des graines, et des arbres fruitiers, des fruits. »
Et Dieu vit que cela était bon.
Alors le Diable dit : « C’est foutu pour le voisinage. »

Et Dieu dit : « Faisons l’Homme à notre image, d’après notre semblance, et qu’il ait le pouvoir sur les poissons de la mer, les oiseaux dans les airs, et sur les troupeaux, et partout sur la Terre, et sur n’importe quelle bestiole rampante qui vit sur la Terre. »
Alors Dieu créa l’homme à son image, l’Homme et aussi la Femme.

Et Dieu regarda l’Homme et la Femme, et vit qu’ils étaient sains et bien portants.
Alors, le Diable dit : « Je sais ce que je vais pouvoir faire… »

Et Dieu peupla la Terre de brocolis, de choux-fleurs et d’épinards, de verts et jaunes légumes de toutes sortes, afin que l’Homme et la Femme vivent longtemps et en bonne santé.

Alors le Diable créa McDonald’s. Et McDonald’s lança le hamburger à 1 euro.
Et le Diable dit à l’Homme : « Vous voulez des frites avec ça ? »
Et l’Homme lui répondit : « Une maxifrite alors… ».
Et l’Homme prit deux kilos.

Et Dieu créa le saint Yaourt pour que la Femme garde sa silhouette que l’Homme trouvait divine.
Alors le Diable créa le chocolat, et la Femme prit deux kilos.

Et Dieu dit : « Essayez la salade, elle est toute fraîche. »
Alors le Diable créa Burger King, et la Femme prit cinq kilos.

Et Dieu dit : « Je t’ai envoyé des légumes frais, bon pour ton cholestérol, et de l’huile d’olive pour les cuisiner. »
Et le Diable créa les beignets, les gros sans trous avec de la crème dedans.
Et l’Homme prit cinq kilos, et son taux de cholestérol atteint des sommets jamais égalés.

Et Dieu créa les chaussures de jogging, et l’Homme résolut de perdre quelques kilos.
Et le Diable créa la télé câblée et la télécommande, afin que l’Homme ne se fatigue pas à changer les chaînes entre Eurosport et XXL.
Et l’Homme prit encore dix kilos.

Et Dieu dit : « Tu files un mauvais coton, le Diable. »
Alors le Diable enleva la savoureuse peau de la pomme de terre, la coupa en très fines tranches, et passa le tout à la friteuse. Puis il créa les sauces pour tremper les chips dedans.

Et l’Homme attrapa sa télécommande, et mangea les chips avec les sauces.
Alors le Diable vit que cela était bon.
Et l’Homme fit une crise cardiaque.

Alors Dieu soupira et créa le quadruple pontage coronarien.
Alors le Diable annula l’assurance de l’Homme.

Alors Dieu montra à la femme comment retirer la peau du poulet et cuire le nourrissant grain de riz complet.
Alors le Diable créa la bière allégée, que l’Homme puisse s’empoisonner avec de l’alcool, tout en se sentant tranquille puisqu’il devait boire deux fois plus de cette boisson insipide pour se sentir aussi joyeux.
Et l’Homme prit encore cinq kilos.

Et Dieu créa la pâte de soja.
Et la Femme alla loin dans le pays du chocolat Milka, et à son retour, demanda à l’Homme : « Est-ce tu me trouves grosse ? »
Et le Diable dit : « Il faut toujours dire la vérité. »
Et l’Homme le fit.

Alors la Femme s’en alla loin de la présence de l’Homme et résida au pays de l’avocat spécialisé dans les divorces, à l’Est du conseiller conjugal.

L’enfer des Témoins de Jéhovah

Qu’est-ce qu’on obtient si on croise des Témoins de Jéhovah avec des adorateurs de Satan ?

Quelqu’un qui fait du porte-à-porte pour dire aux gens d’aller au diable.

Le souffle de la Bête

C’est un type qui sort d’une conférence. Il est très tard. Il décide de s’arrêter dans un hôtel. Il monte dans sa chambre et range ses affaires dans le placard.

Mais en s’appuyant contre le fond de ce dernier, il sent que ce fond bouge. Il pousse de toutes ses forces et fait pivoter la planche de bois et que découvre-t-il ? Un escalier ! Il décide de l’emprunter. Il descend pendant ce qui lui parait des heures et aboutit finalement dans une pièce ovale.

Cette pièce est vide à l’exception d’un escalier en pierre qui descend de l’autre côté. Comme il ne veut pas avoir fait ce chemin pour rien, il l’emprunte. Il descend encore longtemps, pour arriver dans une autre pièce ovale et là, que voit-il ? Un escalier ? Non, une porte avec inscrit « NE PAS OUVRIR ».

Malgré tout, il décide d’ouvrir cette dernière et tombe sur un autre escalier. Il le prend et descend, descend…

Il arrive dans une autre pièce ovale. Mais pas de porte ni d’escalier dans cette dernière, juste un puits surmonté de l’inscription « Ne pas crier CONNARD ».

Voulant se défouler, il brave l’interdiction, se penche au-dessus du puits et lance un flamboyant « CONNAAARRRRDDD. »

C’est alors qu’un bruit provient du fond du puits. Il sent que quelque chose remonte. Il se penche pour voir et aperçoit une énorme bête informe, une sorte d’alien avec sa grande gueule prête à le dévorer tout cru.

Prenant son courage à deux mains, il s’enfuit. Il remonte les escaliers à quadruple vitesse. Il referme la porte du placard. Mais la bête est toujours derrière lui et défonce cette fine porte. Il continue sa course, se réfugie dans sa voiture et démarre.

Mais il a tellement peur de ce qu’il voit dans son rétroviseur qu’il ne fait pas attention à la route et la voiture glisse sur une plaque de verglas et se retrouve au fossé.

Il sort de sa voiture, court et, trébuche sur une racine qui se trouvait par là. Etalé par terre, il sent le souffle de la bête sur son cou.

Voulant regarder la mort en face, il se retourne et fixe la bête dans les yeux.

C’est alors que cette dernière ouvre sa gueule et se penche vers lui. Alors qu’elle n’est qu’a quelques centimètres, elle lui dit :
« TOI-MEME ! »

dessin d'un démon sortant d'un puit et terrorisant un homme
Le souffle de la Bête