L’urgence de la caserne

Un jeune pompier qui visite sa nouvelle caserne, s’étonne :
– Qu’y a-t-il derrière cette plaque marquée : « À briser en cas d’urgence » ? Une hache ? Un tuyau ?
– Pas du tout, répond un ancien, une bouteille de cognac pour se mettre du cœur au ventre si jamais c’était la caserne qui brûlait !

La maladie éthylique

– Gérard, dit une jeune femme, affolée, je viens de regarder dans le buffet. C’est terrible ! La bouteille de vieux cognac que nous avions précieusement mise de côté, pour le cas où l’un de nous serait malade, est entièrement vide. Qu’a-t-il pu se passer ?
– Précisément, ma chérie, répond le mari, avec une superbe désinvolture, la semaine dernière, j’ai été bien malade mais, avec mon bon cœur, je ne t’en ai rien dit pour ne pas t’inquiéter.