Le bégaiement de l’accusé

Les perles : la justice

Dans une affaire d’escroquerie au jeu de boules jugée en 1963, un accusé bègue lance : « Je ne peux pas vous répondre, parce que le pro-cu-cu, le procureur, va en faire état dans son réqui-réquiqui-zizi, dans son réquisitoire… » Ce qui déclenche un fou rire général dans la salle. L’accusé a, sans le vouloir, gagné ce jour-là quelques années de prison.

L’ancêtre des devoirs

Une institutrice demande à un de ses élèves :
– Qui te fait réciter tes devoirs à la maison ?
– C’est mon arrière… arrière… arrière-grand-mère…
– Mais… Ce n’est pas possible !
– Si, c’est po… po… possible!

Nom d’un bègue !

– Comment tu t’appelles ?
– Ja-Ja-Ja-Ja-Jacques.
– Tu es bègue ?
– Non, mais mon père l’était, et l’employé de l’état civil était un bel enfoiré…

Le coût du bégaiement

Deux amis se rencontrent :
– Alors ce bégaiement ? demande le premier. As-tu essayé la méthode de Démosthène qui s’entraînait à parler avec des petits cailloux dans la bouche ?
– Oui, ça m’a cou… coûté deux cents euros !
– Deux cents euros ? Mais ça ne coûte rien, une poignée de cailloux !
– Non, mais j’ai ét… éternué au mo… moment où passait un ca.. un camion de vitrier !

La carburation juridique

Les perles : la justice

Un avocat se rend soudain compte que son adversaire est bègue. « Changez de carburant ! Lui lance- t-il, compatissant. Plaidez au sans-plomb ! »